Rennes. Collision entre trois voitures : un blessé

Une voiture a fini sa course sur le toit ce mercredi matin dans le quartier de la Courrouze, à Rennes.

Une voiture a fini sa course sur le toit ce mercredi matin dans le quartier de la Courrouze, à Rennes.

Une collision entre trois voitures a fait un blessé, ce mercredi matin vers 8 h 30, rue Jean-Mermoz, dans le quartier de la Courrouze, à Rennes. Les deux autres automobilistes sont indemnes. Une des voitures a fini sur le toit. La personne blessée a été transportée au CHU de Pontchaillou.

Ouest-France

Beauvais : trois morts lundi soir dans un accident de la route

Publié le 17.04.2012, 09h37 | Mise à jour : 15h33

Beauvais. Trois personnes sont décédées dans cet accident

Beauvais. Trois personnes sont décédées dans cet accident | D.R.

Trois personnes ont été tuées, lundi soir, dans un «choc frontal» entre deux voitures, à Beauvais, dans l’Oise. D’après les pompiers, les trois victimes se trouvaient à bord du même véhicule. Trois autres personnes, qui se trouvaient à bord de l’autre véhicule, ont été transportées à l’hôpital pour des examens de contrôle.

L’accident est survenu survenu vers 23 heures. Selon le procureur adjoint de Beauvais, Luc Pélerin, une voiture roulant à une vitesse «élevée» sur une bretelle d’accès à la voie menant au centre-ville a, dans un premier temps, percuté un autre véhicule par l’arrière. Le conducteur de la première voiture en aurait alors perdu le contrôle. Il est venu percuter frontalement une troisième voiture circulant en sens inverse avant de terminer sa course sur le côté de la route.

Les trois occupants du premier véhicule  – le conducteur de 33 ans et ses deux passagers, un homme et une femme – sont décédés sur place. Des prélèvements ont été ordonnés afin de déterminer si le conducteur était sous l’emprise de l’alcool ou de produits stupéfiants. L’examen des trois corps devait avoir lieu dans la journée de mardi.

Un expert a été désigné pour déterminer la vitesse de la première voiture. Un des autres conducteurs a été blessé à une cheville tandis que sa passagère souffre de douleurs aux cervicales. Les pompiers ont indiqué que trois personnes ont dû subir des examens de contrôle à l’hôpital.

 

LeParisien.fr

Cortège funèbre arrêté pour un contrôle d’alcoolémie : « une méprise regrettable »

« J’ai même failli leur dire, vous n’avez qu’à faire souffler Thérèse (la défunte) » explique le veuf. Selon le maire de la commune, le gendarme n’aurait pas réalisé qu’il s’agissait d’un fourgon mortuaire

Les témoins se disent ulcérés par ce contrôle (illustration Jean Louis Duzert)

Les témoins se disent ulcérés par ce contrôle (illustration Jean Louis Duzert)

Le cortège funèbre accompagnait la septuagénaire défunte à sa dernière demeure, lundi, à Limoux dans l’Aude. Cortège stoppé par les gendarmes pour un contrôle d’alcoolémie. Le conducteur de la voiture en tête du cortège, dans laquelle se trouvait le mari de la défunte, des amis, la famille et même le chauffeur du corbillard ont dû souffler dans le ballon.

Pour le député-maire de Limoux interrogé par La Dépêche du Midi, « c’est une méprise regrettable. Il semble que le militaire n’ait pas réalisé qu’il s’agissait d’un fourgon mortuaire. D’autant que ce véhicule était précédé d’une voiture qui n’appartenait pas au cortège et qui venait d’être contrôlée. »

«J’ai prévenu les gendarmes que nous étions un cortège funèbre qui nous rendions au cimetière, précise Henri Garcia, le veuf. J’ai même failli leur dire, vous n’avez qu’à faire souffler Thérèse (NDLR : la défunte) tant que vous y êtes »…

Une version des faits pas tout à fait identique à celle des gendarmes, rapporte aussi La Dépêche du Midi : « (…) Alors qu’il fait souffler le conducteur, le militaire s’aperçoit qu’il s’agit d’un fourgon funéraire. Il met fin alors rapidement au dépistage qui s’avère négatif et remet en circulation le véhicule ainsi que la file arrêtée derrière. (…) ». Le fourgon en question avait au départ été identifié comme « un simple véhicule utilitaire », indique aussi le communiqué de la gendarmerie.

Une postière enlevée, 360.000€ volés

AFP Publié le 07/03/2012 à 08:44

Deux malfaiteurs ont enlevé hier à Toulouse une postière, l’ont frappée, gazée et arrosée d’essence pour la forcer à ouvrir le bureau de poste et le coffre-fort contenant plus de 300.000 euros, avant de s’enfuir à bord de leur voiture, a-t-on appris de différentes sources.

Un des deux hommes a agressé la chef de caisse de la poste, une femme de 46 ans, alors qu’elle sortait de chez elle peu avant 8h dans le quartier toulousain de Saint-Cyprien. Il l’a fait monter dans une voiture où un comparse les attendait, a déclaré le procureur de la République Michel Vallet.

Arrosée d’essence

Pendant le trajet vers son lieu de travail, situé dans un autre quartier de Toulouse, Bellefontaine, la femme a été victime de « coups, a été gazée et a reçu des menaces », a-t-il ajouté.

Une fois sur place, elle a dû ouvrir le bureau de poste, est entrée avec l’un des deux malfaiteurs qui l’a partiellement arrosée d’essence, et a été forcée d’ouvrir le coffre contenant une « importante somme d’argent ». Elle a ensuite été ligotée, a encore précisé le procureur. Le butin se monterait à quelque 360.000 euros en espèces, selon une source syndicale de la police.

Les deux hommes ont ensuite pris la fuite à bord de la voiture. L’enquête a été confiée au SRPJ.

Enceinte, elle reçoit une balle en conduisant… mais survit

FAITS DIVERS INSOLITE

Créé le 06/03/2012 à 11h20

Véhicule de gendarmerieVéhicule de gendarmerie / AFP

Elle est la « miraculée d’Aoste ». Il y a 6 mois, Kelly Dijoux reçoit une balle dans la tête alors qu’elle est au volant de sa voiture. La jeune femme, avec ses deux enfants de 3 et 5 ans sur la banquette arrière, est enceinte de 8 mois. Elle perd connaissance mais son mari, également présent, parvient à récupérer le volant d’urgence et réussit à stopper le véhicule qui roulait à 90 km/heure. Tout s’est finalement bien terminé pour l’enfant et la maman, qui a eu beaucoup de chance. Elle a été opérée de la tête et a accouché à l’hôpital de Genève, quelques heures après l’accident. Une enquête est ouverte, sans résultat pour l’instant.

Au moins trois membres d’une même famille tués dans un accident de la route à Romorantin

  – Publié le 04/03/2012 à 12:24

Au moins trois membres d'une même famille ont trouvé la mort samedi soir, peu avant 21H00, dans un accident de la route suite à une collision à Romorantin-LanthenayAu moins trois membres d’une même famille ont trouvé la mort samedi soir, peu avant 21H00, dans un accident de la route suite à une collision à Romorantin-Lanthenay

Au moins trois membres d’une même famille ont trouvé la mort samedi soir, peu avant 21H00, dans un accident de la route suite à une collision à Romorantin-Lanthenay, a-t-on appris auprès de la préfecture du Loir-et-Cher.

Une quatrième personne, la passagère, qui avait été transférée vers l’hôpital d’Orléans, serait également décédée, a-t-on appris de source hospitalière, non confirmée pour le moment.

Les trois autres personnes, un homme et deux adolescents de 11 et 16 ans, sont morts sur le coup, a-t-on indiqué de source préfectorale.

Il s’agit d’une famille recomposée, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Les circonstances de l’accident ne sont pas clairement établies. La voiture, à bord de laquelle se trouvaient les quatre victimes, serait entrée en collision avec un utilitaire dont le conducteur a été légèrement blessé, à un carrefour, à la sortie de Romorantin-Lanthenay. L’arrière de la voiture a été retrouvée contre un pylone EDF, a-t-on appris de même source.

La police se refusait dimanche matin à communiquer toute information à la presse sur cet accident, affirmant se « reférer à son code de déontologie ».

Steenwerck: une voiture finit dans la façade d’une habitation, ses occupants prennent la fuite

Vers 10 h, Grand-chemin à Steenwerck, une voiture a fini sa course contre la façade d’une maison en rénovation. Les cinq habitants, un couple et ses trois garçons, sont sains et saufs, mais l’accident a laissé des dégâts considérables sur leur maison.

 

Les occupants de la Citroën ont pris la fuite, les gendarmes se sont mis à leur recherche. Un technicien SDIS a été appelé pour déterminer si la famille peut continuer à vivre chez elle malgré les dommages.