Des caméras sur les policiers municipaux de Chelles

La police municipale de Chelles teste des minicaméras portatives sur ses agents. Le but : filmer leurs interventions et utiliser les enregistrements devant la justice en cas de litige.

Thomas Poupeau | Publié le 10.05.2012, 06h51

«On nous parle de plus en plus mal… » Triste constat dressé par un gardien de la police municipale à Chelles, laquelle est peut-être en train de trouver un remède en testant deux minicaméras portatives sur ses agents. Un équipement rare en Ile-de-France (lire ci-dessous) et une première en Seine-et-Marne. « Ce sont des engins miniaturisés fixés sur la tenue de l’agent qui enregistrent son et images pendant quatre à cinq heures », détaille Michel Dupuy, le patron de la police municipale.

Les enregistrements effectués peuvent d’ailleurs servir devant lajustice en cas de poursuite, du côté des forces de l’ordre ou des particuliers filmés.

Tous les agents pourraient être équipés d’ici à cet automne

« Cela permet de calmer les gens quand il y a une intervention qui tourne au vinaigre : quand ils se savent filmés, la tension redescend très rapidement », résume Michel Dupuy. C’est également le moyen de s’assurer des agents exemplaires. « Les propos de nos agents sont également enregistrés, mais j’estime que si nous faisons correctement notre travail, nous n’avons rien à cacher! »

Jean-Paul Planchou, le maire socialiste de Chelles, espère pouvoir pérenniser le concept. « Les résultats sont probants et les remontées des agents sont positives, estime-t-il. Si cela se confirme, je pense que nous pourrons proposer au conseil municipal d’équiper tous nos agents d’ici à l’automne. » Pour autant, le choix du fournisseur n’est pas encore fixé. « Nous allons voir si on peut tester d’autres matériels, car il y a des techniques différentes », précise Michel Dupuy. Si l’équipement vient à être définitivement adopté par la police municipale de Chelles, il viendra compléter un arsenal technologique déjà riche : géolocalisation des véhicules, enregistrement des appels au poste, flash-balls et bientôt des caméras embarquées sur les voitures.

 

Le Parisien

Un policier marseillais traîné par un automobiliste énervé

 

le 11 avril 2012 à 22h38 , mis à jour le 11 avril 2012 à 22h42

Un membre de la sécurité publique de Marseille a été blessé mercredi lors du contrôle du véhicule d’un automobiliste qui a démarré et « traîné sur plusieurs dizaines de mètres » le fonctionnaire.

 
 
 
agent police nationale sécurité vigipirate © TF1 News / Steve Marques

Un drame de plus évité pour la police nationale ? Alors qu’un policier de Chambéry (Isère) a été tué en intervention, renversé délibérément par des cambrioleurs en fuite, un membre de la sécurité publique de Marseille a été blessé mercredi lors du contrôle du véhicule d’un automobiliste qui a démarré et « traîné sur plusieurs dizaines de mètres » le fonctionnaire.

Ce « sinistre individu » est le conducteur d’une 4×4 qui « est en fuite et recherché« , a précisé le procureur qui a également dit que cette agression avait donné lieu à dix jours d’ITT (interruption totale temporaire) pour le fonctionnaire. Lors du contrôle de son véhicule en stationnement, le conducteur « s’est énervé, a apostrophé les policiers, l’un des fonctionnaires a essayé d’enlever les clés du contact parce qu’il était outrageant et là, le conducteur lui aurait bloqué le bras et aurait démarré en le traînant sur quelques dizaines de mètres« , a-t-il détaillé. « Le policier n’est pas grièvement blessé mais il a été brûlé », a encore précisé le procureur.

le 11 avril 2012 à 22:38

2 policiers parisiens se suicident jeudi

 

Par Europe1.fr avec Alain Acco

Publié le 15 mars 2012 à 21h09 Mis à jour le 15 mars 2012 à 21h18

 
 
 

Un policier de la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation s’est pendu à son domicile de Seine-et-Marne, jeudi. Il était en arrêt maladie depuis un an. Le même jour, un autre policier, âgé de 36 ans et qui travaillait au commissariat du Ier arrondissement de Paris, s’est tué avec son arme de service chez lui à Champigny dans le Val-de-Marne. Selon les informations recueillies par Europe 1, il a laissé un mot mettant en cause sa hiérarchie.

Vitry : ils tirent sur l’appartement d’un ex-policier

Info le Parisien

Stéphane Sellami | Publié le 10.03.2012, 20h56 | Mise à jour : 21h11

 
(Illustration). 

(Illustration).  | (LP/ILLUSTRATION/PHILIPPE DE POULPIQUET)

Deux jeunes hommes ont été interpellés dans la nuit de jeudi à vendredi vers 1 heure à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), et placés en garde à vue. Ces deux frères âgés de 18 ans et 23 ans sont souçonnés d’avoir tiré sur un appartement occupé par un policier à la retraite. Ce dernier, âgé de 78 ans, a appelé la police après avoir entendu une détonation puis aperçu un impact de balle dans une fenêtre de son logement.

 

Des policiers de la brigade anticriminalité se sont rendus sur place et ont retrouvé une balle figée dans un luminaire appartenant au fonctionnaire à la retraite. Quelques instants plus tard, les enquêteurs ont été visés par le faisceau d’un laser provenant d’un immeuble situé en face de l’appartement de la victime. «Les deux suspects ont été rapidement arrêtés, confie une source proche de l’affaire. Un laser a été retrouvé chez eux. Un fusil de calibre 22 long rifle a été découvert, jeté au pied de leur immeuble. Tous les deux sont déjà connus des services de police».

 

LeParisien.fr

« Police », voici ma nouvelle carte !

 
Police, voici ma nouvelle carte !

Crédits photo : Police Nationale

Les avancées technologiques vont booster les capacités de cet outil pour les agents.

La carte de police fait peau neuve. Elle comprend toujours la photo du fonctionnaire et le mot police en grosses lettres rouges mais cache de nombreuses innovations électroniques. Europe1.fr fait les présentations.

Comme une carte bancaire. Outre ses fonctions de carte de réquisition, permettant au policier, notamment en civil, de s’identifier, la nouvelle carte va en effet permettre à l’agent de s’authentifier pour accéder à son ordinateur ou aux fichiers sur lesquels il est habilité à travailler. Ainsi, à l’image d’une carte bancaire, la nouvelle carte de police fonctionne avec une puce et un code PIN personnel sécurisant tous les accès.

Comme un passe. « Cette nouvelle carte, qui est une mini-révolution pour tous les policiers, est en fait un outil unique d’identification mais aussi d’authentification », se réjouit Pascal Garibian, le porte-parole de des policiers, au micro d’Europe 1. Avec sa puce RFID, la carte servira également de badge d’accès aux bâtiments sensibles.

Comme une carte Vitale. Elle portera enfin la signature électronique de l’agent destiné à faciliter la dématérialisation à venir des procédures, c’est-à-dire la fin de la transmission des PV sur support papier. L’agent insérera sa carte dans un lecteur et paraphera son PV par une signature numérique individuelle, transmise ensuite pour le reste de la procédure.

Comme un billet de banque. Aussi protégée qu’un billet de banque, la nouvelle carte de police comprend dix-huit points de sécurité. Ceci la rend « quasiment infalsifiable », selon le commissaire Winter, qui a supervisé le projet.

Fabriquée par l’ Imprimerie Nationale , la nouvelle carte de police est plus économique que sa grande sœur. Elle revient à douze euros l’unité contre quinze à vingt euros pour l’ancienne. Son déploiement a commencé dans la Somme et va s’étendre à tous les policiers français d’ici fin 2012.

Créteil : Un policier mis en examen pour viols sur mineure

Faits divers

Un gardien de la paix de 26 ans est soupçonné d’avoir violé une petite fille de 10 ans. Il a été mis en examen ce vendredi à Créteil. Il a également été mis en cause pour une agression sexuelle dans le Rhône.

Les parents de la fillette avaient déposé une plainte mardi soir

Les parents de la fillette avaient déposé une plainte mardi soir SIPA

Le policier donnait des cours de soutien scolaire à la fillette de 10 ans. Il a été mis en examen ce vendredi à Créteil (Val-de-Marne) et écroué pour viols et agressions sexuelles sur l’enfant, selon une source judiciaire. 

Images pédo-pornographiques

Ce gardien de la paix de 26 ans était en poste à Paris au moment des faits reprochés. Il a également été mis en examen pour une autre agression sexuelle sur mineure, commise cette fois-ci dans le Rhône, et dont il s’était accusé au cours de sa garde à vue.

 

En outre, la justice lui reproche d’avoir importé et stocké des images pédo-pornographiques, retrouvées sur son ordinateur lors d’une perquisition,  selon cette même source citée par l’AFP. 

Le suspect a « évoqué les faits« 

Le parquet de Créteil avait ouvert une information judiciaire sur ce suspect qui habite dans le Val-de-Marne notamment pour « viols sur mineure de moins de 15 ans par personne ayant autorité ». Il a été interpellé et placé en garde à vue mercredi, après le dépôt d’une plainte mardi soir au commissariat de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) par les parents de la fillette.

Les viols présumés pourraient avoir été commis depuis le mois de novembre au domicile de la fillette à qui il donnait des cours, toujours selon la même source. Pendant sa garde à vue, le jeune policier interrogé par la brigade des mineurs a « évoqué les faits » sans donner davantage de précisions.