Suicide à la Poste de Rennes : hommage au jeune employé

FAITS DIVERS

Créé le 05/03/2012 à 17h57

Le portrait de Jérémy Buan, jeune cadre supérieur, est photographié parmi des fleurs déposées, le 5 mars 2012 à l'endroit où il s'est suicidé, dans le centre-ville de RennesLe portrait de Jérémy Buan, jeune cadre supérieur, est photographié parmi des fleurs déposées, le 5 mars 2012 à l’endroit où il s’est suicidé, dans le centre-ville de Rennes / AFP

  Près de 200 salariés de la Poste se sont réunis à midi à Rennes en hommage à leur collègue de 28 ans qui s’est suicidé la semaine dernière. Ce jeune cadre supérieur avait laissé une lettre dans laquelle il expliquait « son anxiété professionnelle  » et  » son incapacité à vivre dans un tel contexte opprimant ». La femme du postier était présente.

Un chef d’entreprise victime d’un homicide dans la Loire

FAITS DIVERS

Créé le 06/03/2012 à 08h05

Carte de localisation de Doizieux (Loire)Carte de localisation de Doizieux (Loire) / Idé

 Le corps sans vie d’un chef d’entreprise de la Loire, victime d’un homicide, a été retrouvé dimanche, dissimulé sous un pont, à Doizieux. Des recherches avaient été entreprises depuis plusieurs jours par la gendarmerie pour tenter de retrouver Philippe Gletty, âgé de 47 ans, dont la disparition avait été signalée par son entourage. C’est un promeneur qui, dimanche, a découvert dans le massif du Pilat, au bord de la rivière Le Dorlay, le corps du PDG de l’entreprise Princeps Alu, spécialisée dans la fabrication et la pose de menuiseries extérieures en aluminium et en PVC, employant près d’une cinquantaine de personnes à Saint-Paul-en-Jarez.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le corps portait des traces de coups. Son autopsie a été effectuée lundi.

Le parquet de Saint-Etienne a confirmé l’origine criminelle de la mort, sur laquelle enquête la gendarmerie.
Carte de localisation de Doizieux (Loire)

L’Etat reconnu responsable après la mort d’un détenu

FAITS DIVERS

Créé le 06/03/2012 à 08h17

La mère d'Idir Touati La mère d’Idir Touati / Frédéric Veille

  C’est une information signée Frédéric Veille, le correspondant de RTL en Normandie. Le Tribunal administratif de Rouen vient de reconnaître l’Etat comme responsable du meurtre d’un détenu de 26 ans le 10 septembre 2008 dans une cellule de la prison de Rouen. En détention provisoire pour récidive d’alcoolémie au volant, Idir Touati avait été sauvagement tué à coups de tesson de miroir par Sofiane Toumi, son co-détenu, qui, lui, était mis en examen pour avoir lardé son meilleur ami de 59 coups de couteau. Les deux hommes partageaient la même cellule depuis moins de 48 heures lorsque le drame est arrivé.

Saint-Malo : Que sait-on sur la mort de l’ado de 16 ans ?

Faits divers

Publié le 2 mars 2012 à 12h18

Un appel à témoins a été lancé après la découverte du corps d’une adolescente dans un quartier de Saint-Malo.

La police judiciaire de Rennes est chargée de l'affaire

La police judiciaire de Rennes est chargée de l’affaire AFP/JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

La découverte du corps

Elle a eu lieu mardi à 10h00 sur des rochers au pied d’une falaise bordant un parc du quartier Saint-Servan à Saint-Malo. Une autopsie réalisée mercredi a permis d’établir que la victime « est décédée par noyade et les fractures relevées sur le corps résultent probablement de sa chute sur les rochers », selon le procureur de la République, Alexandre de Bosschère. « Les investigations médico-légales encore en cours ont notamment pour objet de déterminer si la jeune fille a pu subir, avant son décès, des violences de nature sexuelle », a précisé le procureur, jeudi dans un communiqué.

Qui enquête et ou en est-on ?

La police judiciaire de Rennes a été cosaisie avec la sûreté départementale « pour déterminer les circonstances du décès de l’adolescente », a-t-il ajouté. « Selon un témoignage recueilli aujourd’hui (jeudi ndlr), l’adolescente pourrait avoir été vue marchant seule le long de la nationale 137 en direction de Saint-Malo, lundi après-midi », a précisé le procureur.
Elle était pensionnaire dans un lycée de Rennes et « sa fugue avait été déclarée la veille auprès de la brigade des mineurs de Rennes qui avait procédé à son inscription au fichier des personnes recherchées ». Jeudi aucune piste n’était écartée, a précisé le procureur.

Un appel à témoins

Un appel à témoins (02.99.79.87.87) a été lancé jeudi à toutes les personnes ayant pu croiser la route de l’adolescente d’1m60/65 aux cheveux bruns mi-long, de type européen, de corpulence normale, lundi entre 12h30 et 20h00. Elle était habillée d’un pantalon noir délavé, d’une veste noire et portait un sac en bandoulière.