Utiliser les Circles de Google+ dans Facebook

 
 

Vous avez certainement entendu parler de la fonction Circles de Google+ ? Si vous souhaitez adopter cette nouvelle fonction du nouveau réseau social de Google dans votre Facebook, suivez le guide…

La semaine dernière, vous n’avez pas pu passer à côté de l’information selon laquelle Google vient de lancer son nouveau réseau social baptisé Google +. Et si vous vous êtes penché un tant soit peu sur cette actualité, vous avez certainement dû faire connaissance avec la fonction Circles de ce nouveau réseau.

Pour rappel, celle-ci permet d’organiser son réseau d’amis de manière tout à fait transparente et avec une simplicité déconcertante. Un simple et esthétique glisser-déposer rend la manipulation presque agréable.

Aussi, Facebook ne pouvait pas rester inactif face à cette belle nouveauté. Ainsi, quelques développeurs du réseau social de Mark Zuckerberg se sont empressés de développer un petit script reproduisant à l’identique cette fonction pour Facebook. Celui-ci est non-officiel mais permet tout de même de tirer profit de l’ultra-médiatisation de son désormais nouveau concurrent.

Comment utiliser les Circles de Google+ sur Facebook ?

Rendez-vous sur la page web suivante du petit script en question baptisé Circle Hack. Là, cliquez sur le bouton Login.

connection_compte_facebook_circle_hack

Autorisez maintenant cette application à interagir avec votre compte Facebook. Une identification à votre compte sera peut-être nécessaire.

circles facebook

C’est fait, vous voyez les listes de vos amis apparaître dans l’interface. Libre à vous maintenant de glisser-déposer vos amis dans les cercles d’amis de votre choix, voire de créer de nouveaux cercles. Tous ces changements seront répercutés dans vos traditionnelles listes d’amis sur Facebook.

Le 04/07/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/14791-circles-facebook.html#ixzz1w48xVRHQ

Facebook : pour que votre nom ne serve pas la publicité

Au cas où vous ne le sachiez pas, Facebook est une redoutable machine à capter l’information de ses membres. Pour éviter que votre nom d’utilisateur ne serve à valoriser les publicités affichées sur le réseau social, suivez ce guide…

Pas de doute, l’entreprise de Mark Zuckerberg est une redoutable machine à capter l’information de ses membres, mais est également capable de la resservir quand bon lui semble. Peut-être avez-vous remarqué que le nom de certains de vos amis pouvaient apparaître juste au-dessous de publicités qui s’affichent sur les pages de Facebook. Certes, le nom n’apparaît pas ici par hasard et l’utilisateur a dû préalablement cliquer sur le bouton J’aime relatif à la marque.

Si vous n’avez pas envie que votre nom et prénom soient utilisés à des fins commerciales, nous vous conseillons de suivre ce tutoriel. Cela n’a rien de compliqué, mais encore fallait-il savoir où cela se trouvait.

mon nom dans pub facebook

Comment faire pour que mon nom ne soit pas utilisé pour vendre des publicités sur Facebook ?

La première réponse que nous serions tentés d’apporter à cette question serait de ne pas cliquer sur les boutons J’aime de Facebook. Dans ce cas, vous ne serez pas ennuyé avec ce type de problème de confidentialité puisque Facebook n’aura plus les moyens d‘établir votre profil précis, ni de le réutiliser à des fins commerciales.

Mais partons du principe que vous avez envie d’avoir une vie sociale en ligne et notamment via le système Facebook. Dans ce cas, il va falloir vous rendre dans les Paramètres du compte dans le menu en haut à droite.

parametres_compte_facebook

Pour être tout à fait tranquille, choisissez l’option Personne dans les menus déroulants présents sur l’onglet Publicités Facebook , et surtout dans le menu tout au bas de la page. N’oubliez pas de cliquez sur le bouton Enregistrez les modifications.

pub desactivation facebook

Désormais, votre nom pourra servir à autre chose qu‘à vendre des sushis ou des billets de train.

Le 30/03/2011 par MemoClic
 

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/14224-mon-nom-dans-pub-facebook.html#ixzz1w47IgPln

Facebook : empêcher une application de vous envoyer des notifications

Vous en avez assez de recevoir les incessantes notifications d’une application Facebook finalement un peu trop intrusive ? Voyez comment désactiver ces messages indésirables. Direction les paramètres de compte de Facebook…

Parce que certaines notifications d’applications Facebook ne vous dérangent pas tant que ça, et que d’autres vous incommodent fortement, nous vous proposons ici de désactiver ces dernières. Encore une fois, le réglage n’est pas des plus accessibles, mais rassurez-vous, vous allez pouvoir modifier ces paramètres.

Sous réserve que Facebook ne change pas le chemin d’accès à ce réglage, suivez ce guide. Cet article a été rédigé le vendredi 6 mai 2011.

Comment empêcher une application Facebook de vous envoyer des notifications ?

Pour modifier les paramètres de notifications de vos applications Facebook, rendez-vous dans le Menu Compte puis choisissez Paramètres du compte.

acces parametres compte facebook

Dans la fenêtre qui s’affiche, choisissez l’onglet Notifications :

rubrique notifications facebook

Ensuite, faites défiler la page jusqu’en bas. Et cliquez sur l’option Afficher plus si vous avez un grand nombre d’applications installées sur votre compte Facebook.

liste__notifications_applications_facebook

Libre à vous de décocher les notifications pour les applications de votre choix. Terminez le processus en cliquant sur le bouton Enregistrer les modifications.

Le 06/05/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/14467-desactiver-notifications-applications-facebook.html#ixzz1w46CpWIg

Facebook : empêchez l’identification de votre visage

Encore une fois, Facebook ne vous prévient pas quand il opère un changement important qui met en question la confidentialité de vos données. Limitez la casse avec ce tutoriel…

Comme à son habitude, Facebook ne vous prévient pas lorsqu’il met en place une nouvelle fonctionnalité permettant de vous identifier et de gonfler sa base de données sur les utilisateurs. Et c’est en toute discrétion que le réseau social de Mark Zuckerberg vient de mettre en place la fonction de reconnaissance automatique des visages et sa suggestion à vos amis. Celle-ci est activée par défaut, au grand dam des membres qui veulent rester discrets et autres défenseurs de la confidentialité.

Facebook a bien compris que s’ils ne peuvent pas obtenir d’informations de votre part, ils pourront l’obtenir de la part de vos amis. Un système insidieux qui a fait ses preuves et qui fait peu de cas de la confidentialité des membres du réseau. Pour remédier à cette “carence”, nous vous proposons d’empêcher la suggestion de votre nom à vos amis suite à une identification automatique de votre visage.

Comment empêcher vos amis de vous identifier sur les photos de Facebook ?

Nous allons donc empêcher la suggestion de votre nom à vos amis dès lors que le système de reconnaissance automatique des visages de Facebook fait son œuvre. Pour cela, rendez-vous dans l’onglet Compte en haut à droite puis cliquez sur Paramètres de confidentialité.

parametres confidentialite facebook

Maintenant, cliquez sur l’option Personnaliser les paramètres située en bas de ce tableau :

ishot-1106081023201

Dans la section intitulée Ce que d’autres partagent, cliquez sur le bouton Modifier les paramètres de l’option Suggérer à mes amis les photos où j’apparais.

Comme vous le voyez, l’option de suggestion de votre nom suite à la reconnaissance automatique de votre visage est activée par défaut.

interdire reconnaissance automatique visages facebook

Il ne vous restera plus qu‘à choisir l’option désactivée pour limiter la casse en ce qui concerne votre confidentialité sur ce réseau. Cliquez enfin sur le bouton OK de cette boîte de dialogue.

Le 08/06/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/14669-interdire-reconnaissance-automatique-visages-facebook.html#ixzz1w3YBpXKU

Facebook : les premiers membres commencent-ils à se lasser ?

Si la croissance globale de Facebook reste positive notamment grâce à de nouveaux marchés, Inside Facebook pointe pourtant une baisse du nombre de membres en Amérique du Nord.

Voilà maintenant quelques années que Facebook affiche une croissance impressionnante. Cette montée en puissance du service en ligne de Mark Zuckerberg porte à près de 700 millions le nombre d’utilisateurs à travers le monde. Et le réseau social le plus populaire au monde ne compte pas s’arrêter en si bon chemin avec des projets à la pelle tels que l’objectif à court terme du milliard de membres ou encore une probable entrée en bourse d’ici quelques mois.

Pourtant, cette belle dynamique est actuellement troublée par les chiffres du marché nord-américain qui interpellent les analystes et autres observateurs. En effet, le Canada et les Etats-Unis accusent une baisse du nombre d’utilisateurs entre les mois d’avril et mai de cette année. Ainsi a t-il pu être observé :

  • une baisse de 6 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis, soit un passage de 155,2 millions de membres à 149,4 millions de membres durant cette période
  • une baisse de 1,52 million d’utilisateurs au Canada, soit un passage de 18,2 millions de membres à 16,6 millions de membres durant cette période.

facebook baisse croissance amerique

Certes, l‘évolution globale du nombre de membres sur Facebook reste positive, notamment grâce à de nouveaux marchés tels que le Mexique, l’Indonésie ou encore le Brésil. Et le réseau social travaille d’arrache-pied sur le marché chinois pour accéder aux centaines de millions d’utilisateurs potentiels, sans succès jusqu‘à aujourd’hui.

Mais la baisse du marché nord-américain inquiète car ce sont les premiers marchés qui ont connu Facebook. Certes moins significative en Europe, une baisse a tout de même été constatée durant cette même période. Cette tendance baissière va t-elle se généraliser dans les autres pays par la suite ? Facebook arrive t-il à saturation ?

Le 14/06/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1199-chemin/14688-facebook-baisse-croissance-amerique.html#ixzz1w3WxtBW2

Facebook : 750 millions de membres actifs

Alors que Facebook se retrouve dans une nouvelle tourmente judiciaire menée par les frères Winklevoss, on apprend que le réseau social de Mark Zuckerberg aurait atteint le cap des 750 millions de membres.

Mark Zuckerberg est sans conteste la personne qui a le plus d’amis au monde puisque son réseau social aurait atteint le cap des 750 millions de membres actifs à travers le monde. Précisons que sont comptabilisés ici les utilisateurs actifs, à savoir les membres qui se sont connectés au moins une fois dans le mois.

On comprend d’autant plus pourquoi les frères Winklevoss ont de plus en plus de mal à abandonner leurs poursuites judiciaires contre le PDG de Facebook, comme en témoigne le nouveau procès qui s’annonce.

Selon une source proche de la société et une information rapportée par TechCrunch, Facebook aurait atteint ce cap, mais n’a pas voulu confirmer officiellement l’information. Nul doute que le réseau social saura célèbrer comme il se doit le cap du milliard d’utilisateurs qui se rapproche à grands pas.

nombre inscrits facebook

La dernière communication officielle de Facebook dans ce domaine remonte à l’année dernière lorsque le réseau social cassait la barre des 500 millions de membres. Et le dernier décompte officieux faisait état de 600 millions de membres en janvier 2011. Et certains parient déjà sur le cap du milliard d’utilisateurs atteint durant l‘été 2012.

Cette nouvelle intervient alors que Facebook perdrait des membres dans “son berceau”, à savoir aux Etats-Unis et au Canada. Il se dit que 7,5 millions d’utilisateurs auraient supprimé leur compte dans ces deux pays, là où Facebook a vu le jour. Mais la croissance importante de nouveaux marchés rend cette contre-performance quasiment invisible.

Le 27/06/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/14746-nombre-inscrits-facebook.html#ixzz1w3WErCl0

Quoi de neuf sur Facebook cet été ?

Nouveaux filtres vintage pour vos photos, un ticker qui fait une apparition soudaine, de nouveaux paramètres de confidentialité… découvrez les nouveautés estivales de Facebook.

Visiblement, les équipes de Facebook n’ont pas pu profiter de bains de soleil et autres cocktails estivaux durant cette période de vacances. Apparition mystérieuse d’un ticker, nouveau filtre de vieillissement de photos, paramètres de confidentialité revisités, machine à remonter le temps à la sauce Facebook, nouvelle VOD sociale signée Miramax…

Voilà de quoi faire parler du réseau social de Mark Zuckerberg, et de mener la vie dure au nouvel entrant Google +.

Ticker Facebook : oui… mais en fait non…

Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de faire une capture d‘écran de ce nouvel outil, car celui-ci a disparu aussi rapidement qu’il est apparu. Concrètement, cette zone apparaît à droite de l’interface et recense l’activité de votre réseau :

  • amitiés validées
  • connexion de vos amis
  • les “j’aime” de vos amis
  • bref, tout ce qu’il se passe sur votre compte Facebook, même si cela est insignifiant. Une façon de vous montrer que votre réseau est actif.

Mais c’est surtout une manière pour Facebook de marcher sur les plates-bandes de Twitter. Ce dernier va avoir du fil à retordre ces prochains mois, notamment parce que Google+ lui a aussi “emprunté” sa fonction de followers.

Une pointe de vintage dans vos photos Facebook

filtre vieillissement photo facebook

Que celui qui n’a jamais vu une photo avec un effet vintage sur Facebook se fasse rapidement connaître ? Pour appliquer ces filtres aux photos, il faut aujourd’hui passer par une appli tierce, notamment comme Instagram. Facebook a donc annoncé une douzaine de filtres sur son réseau. Ne les cherchez pas, ils ne sont pas encore disponibles.

Rappelons que le réseau social de Mark Zuckerberg a essayé en vain de racheter Instagram. Cette nouveauté annoncée ne sonne donc pas comme une bonne nouvelle pour l’application mobile.

De son côté, Google+ propose depuis son lancement une fonctionnalité analogue mais uniquement pour les photos de profil. Il n’y a qu’un pas avant la généralisation de ces filtres à toutes les photos des membres.

Paramètres de confidentialité : une pointe de Google+ sur Facebook

facebook_parametres_confidentialite

Si vous vous demandiez à quoi pouvait bien servir le lancement d’un réseau social de plus (cf. Google+), voilà déjà quelques éléments de réponse. La simplicité d’utilisation des cercles et de la gestion de son partage d’information sur Google+ conduit Facebook à simplifier ses paramètres de confidentialité. Une excellente nouvelle pour les membres.

Ils ne sont pas encore disponibles à cette heure sur la version française du réseau mais nous devrions bientôt y voir plus clair lors de la publication d’un statut, d’un message ou d’une photo. PublicAmisPersonnalisé : voici les termes très explicites qui seront prochainement disponibles dans le menu accolé à l‘élément à partager.

De plus, vous serez maintenant amené à valider les tags relatifs à votre personne sur des photos. Si un ami lie votre nom à un visage sur une photo, vous aurez la possibilité de supprimer cette identification. Par contre, la photo restera en ligne sur Facebook, mais sans nom.

Quand Facebook remonte le temps

On aurait pu croire à un programme de l‘écosystème d’applications de Facebook, mais c’est bien une fonction native que certains ont pu découvrir cet été. Concrètement, en se rendant sur l’un de leurs albums photos, certains membres ont pu apercevoir une fonction leur permettant de consulter leur statut de l’année dernière. On peut même consulter ses statuts jusqu‘à 2009.

Patience, cette fonction n’est pas encore disponible pour tous.

Nouveau service de VOD pour Facebook

miramax_facebook

Après Warner Bros, voici qu’un nouveau studio de cinéma lance son service de VOD sur Facebook. Miramax propose donc des films tels que _Pulp Fiction, Good Will Hunting, The Switch_… A ce jour, seuls les membres Facebook des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Turquie peuvent en bénéficier. Ils devront alors débourser 3 dollars pour un film.

Toutes ces nouveautés Facebook à venir témoignent bien de l’influence d’un nouvel acteur comme Google sur le marché des réseaux sociaux. Nul doute que cette concurrence va profiter aux membres de tous ces réseaux.

Le 29/08/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15088-nouveautes-facebook.html#ixzz1w3VCbUq3

Combien de temps passez-vous sur Facebook ?

Vous voulez savoir combien de temps vous passez par jour sur Facebook ? Nous vous proposons de découvrir cette extension multi-navigateurs… Attention, vos statistiques risquent de vous effrayer.

Alors que le réseau social Facebook est devenu cette année l’un des sites web sur lequel les internautes du monde entier passe le plus de temps, il peut devenir utile de savoir combien de temps vous y passer par jour. Aussi, nous vous proposons de découvrir cette extension gratuite…

Avant toute chose, sachez que cette extension est disponible pour la plupart des navigateurs, à savoir Firefox, Chrome, Opera et Safari. Dommage pour les utilisateurs de Internet Explorer qui ne pourront pas en profiter.

Facebook : arme anti-productivité par excellence ?

temps_sur_facebook

Après avoir installé cette extension depuis le site officiel de l‘éditeur, un bouton fera alors son apparition dans l’interface de votre navigateur, et plus précisément dans la zone des extensions. Cliquez sur celui-ci pour afficher le temps passé sur Facebook dans une info-bulle dédiée.

Sachez que cette extension propose de nombreuses options dont l’affichage du temps passé sur le réseau social directement sur Facebook (en haut à droite), la remise à zéro du compteur, de même que des statistiques. Ces dernières sauront vous renseigner très précisément sur votre utilisation de Facebook au quotidien.

Vous pouvez télécharger l’extension selon le navigateur dont vous disposez :

Le 08/09/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15131-temps-passe-sur-facebook.html#ixzz1w3ULldCf

Nouveau Facebook : comment activer la Timeline ?

 
 

Facebook a dévoilé hier une nouvelle présentation du profil des membres du réseau social. La Timeline, ou journal en français, récapitule toute votre activité sur Facebook. Comment l’activer avant l’heure ?

Hier s’est tenue la conférence des développeurs de Facebook, et ce fut l’occasion pour l‘équipe de Mark Zuckerberg de dévoiler quelques nouveautés pour le réseau social. Outre la volonté affichée de Facebook de s’imposer comme une plateforme de divertissement majeure, on a pu y découvrir la nouvelle fonctionnalité Timeline, ou journal en français.

Celle-ci s’apparente à un véritable journal autobiographique et chronologique. En se rendant sur votre profil Facebook, vos amis et autres visiteurs pourront désormais y voir ceci :

 

Comme on pouvait s’y attendre, bon nombre de critiques sur la confidentialité des données sont réapparues avec ce nouvel outil. En effet, celui-ci vous demandera toujours plus d’informations pour faire de votre profil une autobiographie virtuelle digne de ce nom.

Activer la Timeline Facebook avant l’heure

Parce que Facebook n’a fait qu’une simple annonce de cette nouvelle fonctionnalité et devrait mettre quelques temps avant de la généraliser à l’ensemble des comptes Facebook, nous vous proposons un petit bricolage pour en bénéficier dès maintenant.

Concrètement, vous allez vous faire passer pour un développeur afin de bénéficier avant tout le monde de ce nouvel outil. Cela vous “coûtera” quelques minutes de votre temps, et votre numéro de téléphone mobile à communiquer à Facebook pour en bénéficier. Un SMS de sécurité vous sera envoyé au début de la procédure décrite ci-dessous…

1. C’est parti !

Tout d’abord, vous devez vous rendre sur cette page dédiée aux développeurs d’applications de Facebook. Là, indiquer votre mot de passe :

identification facebook
Identification nécessaire pour activer la timeline facebook

2. Créer une appli Facebook… enfin pas vraiment

Vous voilà dans une zone réservée aux développeurs d’applications. Les non-initiés peuvent y paraître impressionnés. Qu’ils se rassurent, ce qui suit n’a rien de bien compliqué. Cliquez sur le bouton Créer une application :

creer application facebook
Créer une application Facebook pour activer la Timeline

Vous voyez qu’il n’y a rien de bien sorcier.

3. Nommez cette appli Facebook

La nouvelle boîte de dialogue qui s’affiche vous invite à nommer cette application et à accepter les conditions d’utilisation. Dans le premier champ, mettez ce que vous souhaitez. Dans le second, évitez simplement les majuscules.

parametres nouvelle application facebook
Les informations relatives à votre application

Cliquez ensuite sur le bouton Continuer.

4. Remplissez, enregistrez !

Maintenant, remplissez les champs relatifs à votre application puis cliquez sur le bouton Enregistrer les modifications.

champs appli facebook
Remplissez les champs avant de confirmer

On tient le bon bout…

5. Bien démarrer

Rendez-vous dans la rubrique intitulée Open Graph située dans la colonne de gauche. Dans les 2 champs proposés, indiquez ce que vous souhaitez. Dans notre cas, nous avons simplement pris la première combinaison qui s’offrait à nous. Vous pouvez en faire de même… Tout cela n’a aucune importance.

bien_demarrer_facebook
Bien démarrer votre nouvelle carrière de développeur

Cliquez ensuite sur le bouton Bien Démarrer.

6. Confirmez, confirmez et confirmez

Vous serez ensuite amené à confirmer successivement tous vos réglages. Ne vous préoccupez pas du contenu des pages, mais seulement des boutons de confirmation qui apparaissent en bas.

Tour cela devrait logiquement vous amener à ce dernier écran :

fin_appli
La fin du calvaire est proche

Vous y êtes !

7. Votre timeline est disponible

Voilà, vous avez fait le nécessaire pour que votre Timeline Facebook soit disponible. En revenant sur votre compte Facebook, vous devriez voir cette invitation à activer votre nouveau journal :

activer journal facebook
Activer votre timeline Facebook

Vous le constaterez assez vite, ce journal est bien plus joli quand il est rempli. Marketing, quand tu nous tiens.

Le 23/09/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15195-activer-timeline-facebook.html#ixzz1w3T9eHwp

Le nouveau Facebook n’a pas la cote

Comme d’habitude, les membres de Facebook n’apprécient pas les nombreuses nouveautés du réseau. Découvrez quelques chiffres symptomatiques de ce rejet et quelques illustrations sur ce thème…

Quelques heures après la mise en place des premières nouveautés de Facebook, les premiers commentaires apparaissaient sur la Toile : «Les versions de Facebook c’est comme les femmes. Tu prends des jours à les comprendre et quand tu réussis enfin, elles changent à nouveau», ou encore «Cher nouveau Facebook, tu es nul. Sincèrement, tout le monde.»

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle mouture ? Découvrez les premières études d’appréciation sur ce nouveau Facebook…

Nouveau Facebook : on aime ou on aime pas ?

infographic

Certes, l‘échantillon utilisé par le site Sodahead est infime (1049 votants sur les 800 millions de membres Facebook) mais il est assez symptomatique du rejet habituel des nouvelles versions du réseau social. Ainsi, selon cette étude, la nouvelle mouture de Facebook n’a pas séduit les foules et ils sont 86% à ne pas apprécier toutes ces nouveautés. Ce sont les femmes et les jeunes qui seraient particulièrement réfractaires à ces modifications. Vous pouvez découvrir les résultats complets de cette étude en vous rendant sur cette page…

Autre indicateur à prendre en compte, les diverses appréciations des internautes sur la vidéo YouTube de présentation des nouveautés sur le compte officiel de Facebook. Là, les avis sont un peu plus partagés :

avis_facebook
Trop de nouveautés sur Facebook

Enfin, vous avez la possibilité de constater par vous même les avis négatifs sur les nouveautés du réseau social en vous rendant sur Twitter. Tapez simplement nouveau facebook 😦 dans le champ de recherche de Twitter et vous connaîtrez les raisons de ce rejet. Une astuce dont nous vous avons parlé la semaine dernière et qui fonctionne pour n’importe quelle requête.

Pour conclure, nous n’avons pas trouvé meilleur dessin que celui-ci…

adoption_nouveau_facebook
Nouveau Facebook : on finit par s’y faire… jusqu‘à la prochaine version

Le 26/09/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15204-avis-nouveau-facebook.html#ixzz1w3S1iyDP

Quel type d’utilisateur Facebook êtes-vous ?

 
 

Quel type d’utilisateur Facebook êtes-vous ? Êtes-vous le parano, le philosophe, l’hyperconnecté, le membre invisible, le spammeur… ? La réponse à cette question est forcément sur cette page…

Parce que chaque personne est différente, chaque membre de Facebook l’est aussi. Nous n’avons pas tous la même manière d’aborder le réseau social de Mark Zuckerberg, et nous n’y faisons pas non plus les mêmes choses. Découvrez à quelle catégorie de membres vous appartenez…

Quel type d’utilisateur êtes-vous ?

facebook membre

1. Le collectionneur

Il a plus de 1000 amis (il en connaît vraiment 15%) ; en bon collectionneur, son but est d’en avoir toujours plus ; il lui arrive de devoir créer un second compte, le premier atteignant aisément le quoto autorisé par Mark Zuckerberg. Ce type d’utilisateur doit se réjouir de l’arrivée de la fonction d’abonnement qui devrait lui permettre de collectionner quelques dizaines de milliers de fans supplémentaires.

Son degré de sociabilité est estimé à 4 sur 5.

2. Le spammeur

Il est très, mais alors vraiment très bavard. Il partage tout ce qu’il trouve sur le web. ce membre un peu envahissant représente à lui-seul près de 70% des publications de votre fil d’actualités. N’oubliez pas que vous avez toujours la possibilité de masquer ces publications sans forcément perdre son amitié. Il n’en saura rien, promis !

Dans cette catégorie, on peut par exemple trouver les amis ayant une activité artistique (comédiens, chanteurs…) et qui nous informent dans la seconde de leur activité artistique.

Son degré de sociabilité est estimé à 3 sur 5.

3. L’hyperconnecté

Le membre hyperconnecté change son statut très régulièrement. Il aime et commente une très grande partie des publications de ses amis. C’est simple, si vous le cherchez, c’est celui qui est toujours signalé connecté dans la zone de droite sur Facebook. Et si vous l’invitiez à boire un café… un vrai café… dans la vraie vie ?

Sans surprise, son degré de sociabilité est estimé à 5 sur 5.

4. Le fantôme

Ne cherchez pas à lui envoyer un message, ce type d’utilisateur ne vous répondra pas. Que ce soit dans sa messagerie ou encore sur son mur, il ne répondra à rien, voire supprimera tout ce qui le concerne. Mais ne vous y trompez pas, ce membre est bel et bien présent sur Facebook et observe les moindres faits et gestes de ses amis.

Vous imaginez que son degré de sociabilité est proche de l’encéphalogramme plat, soit 0 sur 5.

5. Le fêtard insouciant

Ce membre n’a peur et honte de rien. Il n’hésite pas à publier des photos de lui en état d‘ébriété avancée. Il publie également le nom des lieux et des alcools qu’il affectionne tout particulièrement. Dommage pour lui, il n’y a pas un filtre anti-ivresse comme il existe sur Gmail. En voilà un qui va regretter de s‘être inscrit un jour sur Facebook.

Son degré de sociabilité est estimé entre 3 et 5, et varie selon le taux d’alcoolémie qu’il a dans le sang.

parano_facebook

6. Le parano

Les problèmes de confidentialité révélés par bon nombre d’observateurs et d’utilisateurs du réseau social a créé une armée de membres Facebook de type parano. C’est ainsi que le membre parano dé-tag tout ce qui le concerne, et se montre particulièrement avare en informations personnelles. Le parano peut, dans certains cas cliniquement prouvés, avoir une lègère tendance au voyeurisme.

Son degré de sociabilité est proche de 0.

7. Le passionné

C’est le membre qui ne parle que d’un sujet qu’il affectionne tout particulièrement, même si au fond, vous n’en n’avez pas grand chose à faire. Le passionné aime donc il partage sur Facebook. Il peut être à la limité de l’intolérance lorsque vous montrez un quelconque signe d’indifférence à l‘égard de sa passion.

Son degré de sociabilité est moyen mais peut sensiblement augmenter dès que vous lui parlez de sujets qui l’intéressent. Vous savez ce qu’il vous reste à faire pour entrer en contact avec lui.

8. Le célibataire en chasse

90% de ses amis sont des femmes, ses photos le mettent clairement en valeur, il peut même y figurer un peu dénudé. Vous l’avez deviné, nous parlons ici du membre Facebook à forte tendance célibataire.

Son degré de sociabilité varie selon la personne. Une jeune et belle femme pourra lui faire atteindre des niveaux de sociabilité jamais observés.

penseur_de_rodin

9. Le membre philosophe

C’est l’ami qui publie des citations que vous devez relire à plusieurs reprises pour en comprendre le sens. C’est l’ami qui n’arrive pas à penser et écrire simplement. C’est l’ami qui aime apprendre une langue étrangère le week-end. C’est l’ami philosophe qui est dans votre liste d’amis sur Facebook et dont vous pouvez masquer l’actualité très facilement.

Le membre philosophe est par définition très ouvert, son degré de sociabilité est potentiellement très élevé. Toutefois, c’est le vôtre qui peut être un peu faiblard dès lors qu’il s’agit de communiquer avec cet ami un peu trop instruit.

10. Le perpétuel émerveillé

Le membre en question est généralement jeune et se plaît à contempler la vie qui l’entoure. C’est ainsi qu’il s‘émerveillera très facilement et l’exprimera avec emphase sur Facebook. Ses armes ? Les points d’exclamation et les smileys qui n’en finissent pas. Votre arme ? La possibilité de masquer ses actualités.

Son degré de sociabilité est élevé car “Facebook, c’est vraiment génial !!!!”.

  • Cet article est très largement inspiré de l’excellente infographie proposée par l’agence Ezalys.
Le 06/10/2011 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15262-categories-utilisateurs-facebook.html#ixzz1w3REypnC

Sécurité Facebook : que faire en cas de doutes ?

Vous avez encore accès à votre Facebook mais vous avez des doutes sur des connexions ou modifications étranges survenues sur votre compte ? Suivez ce guide pour repartir du bon pied… et en toute sécurité.

Sur Facebook, il est des réglages tout à fait futiles, et il en est d’autres que l’on devrait tous utiliser. Celui permettant le contrôle de connexion à votre compte Facebook depuis un autre ordinateur ou terminal mobile fait partie de cette seconde catégorie.

Et cette option vient garnir notre arsenal d’outils anti-intrusion sur Facebook. Découvrez une méthodologie pour sécuriser votre compte.

Facebook : gardez le contrôle sur votre compte

Partons du principe que vous avez des doutes sur la sécurité de votre compte Facebook et sur les données qui s’y trouvent. Plutôt que de spéculer sur les auteurs potentiels de cette intrusion numérique et sur la manière dont ils procèdent, nous vous recommandons de suivre les étapes suivantes.

Étape 1 : changer de mot de passe Facebook

Rendez-vous dans les Paramètres de compte puis dans la section Général. Vous y trouverez la rubrique Mot de passe pour en changer.

mot de passe facebook

Une première étape indispensable pour éviter que des petits curieux se reconnectent à votre compte. Si vous manquez un peu d’imagination pour la création de ce mot de passe, lisez nos quelques conseils sur ce thème.

Étape 2 : supprimer les appareils autorisés

Parce que votre compte a été corrompu, vous allez supprimer tous les appareils qui s’y sont connectés par le passé. Pour cela, rendez-vous dans la section Sécurité de ces mêmes Paramètres de compte. C’est dans la rubrique intitulée Appareils reconnus que vous supprimerez un à un tous les appareils avec lesquels vous vous êtes connecté à votre compte Facebook.

appareil connexion compte facebook

On se sent un peu plus léger là, non ?

Étape 3 : Contrôler l’accès à votre compte Facebook

Maintenant que vous avez fait ce grand ménage de printemps dans vos réglages, vous allez garder un œil sur les appareils (ordinateurs, tablettes, smartphones…) qui tentent de se connecter à votre compte Facebook. Et le moyen de rester très attentif sur ce point, c’est d’activer une sécurité dans cette même section Sécurité.

code securite connexion facebook

Vous voilà reparti(e) sur de bonnes bases !

Le 28/03/2012 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/16107-securiser-compte-facebook.html#ixzz1w3PhdXoA

Comment se faire des amis sur Facebook ?

Voici quelques astuces simples à mettre en œuvre et quelques nouveaux réflexes à adopter pour se faire des amis sur le célèbre réseau social. Suivez le guide…

Découvrez quelques astuces pour augmenter le nombre de vos amis sur le réseau social Facebook.

Se faire des amis sur Facebook, mode d’emploi

se faire des amis sur facebook

Alors que la moyenne du nombre d’amis dont dispose un membre Facebook s‘élève à un peu plus de 100, vous faites le terrible constat que votre réseau n’en compte que quelques petites dizaines. 

Si vous souffrez d’un complexe d’infériorité numérique, voici quelques astuces bonnes à connaître et simples à mettre en œuvre, de même que quelques nouveaux réflexes à adopter.

Suivez le guide…

Changez de photo de profil

Une récente étude le prouve, la photo est le premier élément détecté et regardé par les visiteurs de votre profil. Autant dire que si cette photo est banale ou qu’elle ne pas en avant les traits positifs de votre personnalité, vous avez dû faire fuir plus d’un membre.

Optez pour une photo joyeuse, qui attire l‘œil, et qui provoquera de la curiosité chez vos visiteurs. C’est vraiment la première chose à faire. 

Et ne complexez pas ! N’oubliez pas que la plupart des photos de vos amis qui comptent des centaines d’amis ne sont pas forcément le reflet de la réalité. Ils ont simplement su faire passer un message positif avec leur photo. Pourquoi ne pas jouer le jeu vous aussi ?

Publiez un peu plus d’informations

Régulièrement dans nos colonnes, nous vous mettons en garde sur les dangers de publier trop d’informations personnelles sur les réseaux sociaux. Toutefois, si vous ne jouez pas un minimum le jeu social, il n’est pas étonnant que personne ne s’intéresse à vous. 

Sachez donc qu’il ne vous coûtera pas grand chose de partager quelques goûts musicaux, séries TV préférées, ou hobbies. Le seul prix que vous paierez peut-être ? Le fait que des personnes partagent les mêmes centres d’intérêts que vous et souhaitent devenir votre ami(e). Ce serait dommage de s’en priver. 

Aimez des groupes

bouton like facebook

Cela va dans le même sens que le point que nous évoquions précédemment. Partager des centres d’intérêts rapproche les gens. Aussi, si vous appartenez à des groupes, vous “risquez” de rencontrer virtuellement des personnes ayant les mêmes goûts que vous.

Le prétexte d’un commentaire croisé avec un autre membre sur une page fan est largement suffisant pour faire une demande d’amitié virtuelle. 

N’oubliez pas qu’un ami de plus pour vous est aussi un ami de plus pour la personne qui accepte cette amitié. Tout le monde y gagne.

À la chasse aux amis

Avez-vous penser à effectuer des recherches pour gonfler votre nombre d’amis ? Pour cela, nous vous proposons d’utiliser l’outil de recherche d’amis de Facebook, de découvrir plus avant la liste des amis que le réseau social vous suggère. 

Et pourquoi ne prendriez-vous votre carnet d’adresses pour y piocher quelques bonnes idées de contacts ?

Attention toutefois à ne pas accepter d’amis que vous ne connaissez pas. Derrière ces profils de membres se cachent peut-être des personnes que vous n’appréciez pas, voire des personnes malveillantes en quête d’informations personnelles.

Et si vous deveniez actif ?

Si votre mur a des airs de désert et que vous ne publiez ou ne partagiez absolument rien, autant vous dire tout de suite que peu de personnes seront intéressées par une activité sociale proche du néant. 

Facebook est un outil de partage, donc n’hésitez pas à y publier vos coups de cœur et vos coups de gueule.

Le 21/12/2011 par MemoClic
 

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15547-se-faire-des-amis-sur-facebook.html#ixzz1w3OywcEA

Des cartes de visite gratuites de votre profil Facebook

 

Découvrez comment obtenir gratuitement des cartes de visite à partir des coordonnées de votre profil Facebook.

Voici un moyen pour obtenir gratuitement des cartes de visite élaborées à partir de votre profil Facebook. Coordonnées et photos de couvertures de votre profil Facebook s’afficheront alors automatiquement sur vos cartes de visite.

Quelques idées si vous pensez que votre profil manque d’originalité…

10 couvertures Facebook originales

 

  • Fractale
  • Des photos sur la cover
  • Schizophrène
  • Attrape-moi si tu peux
  • Nostalgie quand tu nous tiens
  • Cache cache
  • Celui-là a tiré le gros lot
  • Quand Google+ s'invite dans Facebook
  • Endormi
  • Quelques intempéries à prévoir

 

Fractale

Des cartes de visite Facebook

Si vous faites partie de ces membres qui n’apprécient pas le changement sur Facebook et encore moins la mise en place imminente du Journal, voilà un bon moyen d’aimer cette nouvelle mouture.

En regardant d’un peu plus près dans les détails de votre profil, vous verrez une petite icône d’apparence banale. En réalité, celle-ci vous permet de faire imprimer gratuitement des cartes de visite. Profitez-en maintenant, cela ne va peut-être pas durer.

Pour en bénéficier, rendez-vous sur votre profil Facebook puis cliquez sur A propos de.

a propos de facebook

Maintenant, cliquez sur l’icône située à droite de la rubrique Coordonnées. Vous verrez alors une info-bulle vous donnant un petit aperçu de votre future carte de visite. Pour l’occasion, vous pouvez bien entendu modifier des informations avant l’utilisation de ce service en cliquant sur le bouton Modifier.

facebook cartes de visite

Maintenant, cliquez sur l’option Imprimer des cartes puis autoriser la connexion à votre compte Facebook.

Du point de vue de la confidentialité, on ne peut pas dire que cela soit la meilleure opération à réaliser. Mais si vous en avez vraiment besoin et que les fins de mois sont difficiles, c’est peut-être une bonne solution.

Le 26/01/2012 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15751-carte-de-visite-facebook.html#ixzz1w3NN1TuB

En passant

Voici un moyen pour obtenir gratuitement des cartes de visite élaborées à partir de votre profil Facebook. Coordonnées et photos de couvertures de votre profil Facebook s’afficheront alors automatiquement sur vos cartes de visite.

Quelques idées si vous pensez que votre profil manque d’originalité…

10 couvertures Facebook originales

  • Fractale
  • Des photos sur la cover
  • Schizophrène
  • Attrape-moi si tu peux
  • Nostalgie quand tu nous tiens
  • Cache cache
  • Celui-là a tiré le gros lot
  • Quand Google+ s'invite dans Facebook
  • Endormi
  • Quelques intempéries à prévoir

Fractale

Des cartes de visite Facebook

Si vous faites partie de ces membres qui n’apprécient pas le changement sur Facebook et encore moins la mise en place imminente du Journal, voilà un bon moyen d’aimer cette nouvelle mouture.

En regardant d’un peu plus près dans les détails de votre profil, vous verrez une petite icône d’apparence banale. En réalité, celle-ci vous permet de faire imprimer gratuitement des cartes de visite. Profitez-en maintenant, cela ne va peut-être pas durer.

Pour en bénéficier, rendez-vous sur votre profil Facebook puis cliquez sur A propos de.

a propos de facebook

Maintenant, cliquez sur l’icône située à droite de la rubrique Coordonnées. Vous verrez alors une info-bulle vous donnant un petit aperçu de votre future carte de visite. Pour l’occasion, vous pouvez bien entendu modifier des informations avant l’utilisation de ce service en cliquant sur le bouton Modifier.

facebook cartes de visite

Maintenant, cliquez sur l’option Imprimer des cartes puis autoriser la connexion à votre compte Facebook.

Du point de vue de la confidentialité, on ne peut pas dire que cela soit la meilleure opération à réaliser. Mais si vous en avez vraiment besoin et que les fins de mois sont difficiles, c’est peut-être une bonne solution.

Le 26/01/2012 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15751-carte-de-visite-facebook.html#ixzz1w3NN1TuB

Découvrez comment obtenir gratuitement des cartes de visite à partir des coordonnées de votre profil Facebook.

Comment ouvrir 2 comptes Facebook différents dans un même navigateur ?

Découvrez une astuce pour avoir accès simultanément à 2 comptes Facebook différents dans un même navigateur internet. Matériel requis : le fureteur Chrome et une connexion à Internet.

Autant vous le dire tout de suite, si l’astuce fonctionne pour Facebook, elle peut tout aussi bien s’appliquer à d’autres services en ligne tels que GmailHotmailTwitterGoogle +, iCloud… et bien d’autres.

2 comptes différents sur un même navigateur

Parce que les navigateurs évoluent, ils proposent régulièrement de nouvelles fonctionnalités répondant aux préoccupations des internautes. L’accès simultané à des comptes d’utilisateurs différents fait partie de celles-là.

Pour cela, nous allons utiliser les profils d’utilisateurs du navigateur Google Chrome. Chaque profil permettra l’ouverture d’un compte personnel.

Parce que chaque profil utilisateur a ses propres réglages, ses propres cookies, son historique, ses favoris et ses extensions, vous pourrez facilement vous connecter à un compte Facebook depuis un profil A, et à un autre depuis un profil B.

Profil Chrome et connexion à Facebook

Selon le système d’exploitation que vous utilisez, vous allez vous rendre :

  • dans le Menu Chrome puis dans les Préférences si vous êtes sous Mac OS
  • dans les Paramètres depuis le bouton Personnaliser et configurer Google Chrome (à droite) si votre ordinateur tourne sous Windows

Dans les 2 cas, vous devez ensuite cliquer sur la section Données personnelles. C’est là que vous pourrez ajouter et éditer un utilisateur.

utilisateur chrome

Une fois vos 2 profils créés, vous pouvez passer de l’un à l’autre via cette zone :

profils-chrome

Comme vous le voyez sur l’image ci-dessus, la bascule entre les 2 comptes (voire plus) sera aisée.

Le 26/04/2012 par MemoClic
 

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/16266-ouvrir-2-comptes-facebook-meme-navigateur.html#ixzz1w3MpJ3Z2

Où sont stockés vos ‘J’aime’ Facebook ?

 
 

Une fois que vous avez cliqué sur le bouton ‘J’aime’ ou ‘Like’ de Facebook, vous vous demandez peut-être où est listée cette activité. Découvrez ici où se trouvent toutes ces mentions……

Vous le savez, chaque fait et geste que vous effectuez sur Facebook est mémorisé. Et cela concerne en premier lieu les mentions J’aime (ou like) que vous attribuez. Découvrez la liste de tous les “like” effectués depuis votre inscription sur Facebook.

Tous vos “J’aime” Facebook

Parce que le réseau social de Mark Zuckerberg se plaît à moderniser régulièrement son interface, les éléments de Facebook changent souvent de place. Et la récente refonte avec la mise en place de la photo de couverture et de la Timeline a bien évidemment bousculer les choses.

like facebook

Nous vous proposons ici de retrouver la liste de tous vos J’aime. Attention, vous trouverez à cet endroit aussi bien les J’aime effectués sur Facebook que ceux effectués sur les sites web tiers proposant des boutons J’aime (comme celui-ci que vous pouvez apercevoir en haut de cette page).

Où se trouvent vos “like” Facebook ?

Pour y accéder, vous allez d’abord vous rendre sur votre profil Facebook. Pour cela, rien de plus simple, vous cliquez sur votre nom. Là, juste au-dessous de votre photo de couverture, vous découvrez différentes rubrique : amis, photos, carte…. Vous aurez simplement à cliquer sur la rubrique Mentions J’aime.

mentions jaime facebook

Là, vous accéderez à l’ensemble de vos “J’aime”. Cliquez sur l’option Afficher d’autres pages pour disposer d’une liste un peu plus complète. Vous pourrez également découvrir une chronologie événementielle de vos likes au bas de cette même page.

Comme vous pouvez le constater, Facebook a bien organisé les choses et a surtout affiné votre profil. Il a méthodiquement rangé vos like sur des groupes de musique dans la rubrique Musique, et a fait de même pour tous les autres domaines. Vous le voyez maintenant, à chaque fois que vous cliquez sur un bouton J’aime vous renseignez un peu plus votre profil personnel. Pour le plus grand plaisir de Facebook et des annonceurs publicitaires.

Gérer vos j’aime sur Facebook

C’est dans cette même section que vous allez pouvoir éditer vos mentions “J’aime”. Par éditer, il faut comprendre ajouter ou supprimer. Pour cela, vous devez placer votre curseur sur cette page pour faire apparaître puis cliquer sur le bouton Modifier.

modification likes facebook

Pour supprimer une mention J’aime d’une page, sélectionnez la vignette puis appuyez sur le bouton supprimer de votre clavier. Si la mention à supprimer ne correspond pas à l’un de vos favoris (vos centres d’intérêts en somme), cliquez sur l’option Autres pages que vous aimez. Vous afficherez alors ces autres pages dans une petite fenêtre. Cliquez sur Je n’aime plus, fermez la fenêtre, puis cliquez sur le bouton Modification terminée pour valider tous ces changements.

Vous savez maintenant où sont vos “J’aime” et surtout à quoi ils servent.

Le 02/05/2012 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/15127-liste-jaime-facebook.html#ixzz1w3LXx9Ly

Comment sauvegarder son Facebook ?

Vous êtes nombreux à vous demander comment sauvegarder votre compte Facebook. Plutôt que de passer par des bidouilles et autres programmes alternatifs, découvrez la solution proposée par Facebook lui-même.

La question revient régulièrement dans les forums, comment faut-il faire pour sauvegarder son compte Facebook. Cela est d’autant plus utile quand on a mis un grand nombre de photos et de vidéos, qu’on a commenté de nombreux statuts et autres… bref, qu’on a une activité débordante sur le réseau social.

sauvegarder facebook

Nous allons vous montrer ici comment sauvegarder votre compte Facebook en quelques clics. Et cette fois, il ne s’agit d’un petit outil créé par un développeur anonyme au fin fond de l’Arkansas ou ailleurs, mais bien d’une solution officielle proposée par Facebook.

Avec cet outil, vous allez pouvoir sauvegarder :

  • vos photos
  • vos vidéos
  • les publications de votre mur
  • tous vos messages
  • vos conversations instantanées
  • votre liste d’amis et leur adresse e-mail quand elle est disponible

Ne comptez par que la sauvegarde enregistre les données de vos amis, cela ne concerne que votre compte Facebook.

Le fichier de sauvegarde que vous obtiendrez est au format.zip.

Comment sauvegarder son Facebook ?

Comme souvent avec ce genre de manipulation, rendez-vous dans vos paramètres du compte.

parametres de compte facebook

Une fois dans vos paramètres et dans la rubrique Général, clique sur l’option Télécharger une copie :

telecharger une copie facebook

Maintenant, cliquez sur le bouton Créer mon archive

créer mon archive facebook

Et à nouveau sur le bouton Créer mon archive de la boîte de dialogue qui s’affiche. Un e-mail vous sera envoyé dès que votre archive sera prête. Précisons que l’opération peut prendre un peu de temps. Et cette vérification par e-mail apparaît comme une sécurité nécessaire dans le cas où une personne tierce souhaite mettre la main sur vos données.

Et si vous procédez à cette manipulation depuis un ordinateur que vous n’avez pas l’habitude d’utiliser, Facebook pourra alors vous demander d’identifier des amis ou de recevoir un SMS pour valider l’opération de sauvegarde. Encore une fois, sous prétexte de sécurité, Facebook en profite pour récolter des données sur vous ou vos amis.

Le 04/04/2012 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/13493-sauvegarder-facebook.html#ixzz1w3JlhvjB

Facebook réorganise ses réglements et conditions d’utilisation

Parce que l’accès aux règles d’utilisation peut conditionner le comportement des utilisateurs, Facebook vient de faire un effort de simplification dans ce domaine.

Dans un souci de transparence pour l’utilisateur, le réseau social de Mark Zuckerberg a simplifier l’accès aux principales règles d’utilisation.

Toutes les règles de Facebook au même endroit

Déclarations des droits et responsabilités, politique d’utilisation des données, règles standards de la communauté… jusqu‘à présent, tous ces éléments qui garantissent un bon fonctionnement du réseau social étaient éparpillés un peu partout sur Facebook. Autant dire que cela n‘était pas simple ni rassurant pour les membres.

conditions utilisation facebook

Pour simplifier l’accès à tous ces documents, Facebook a récemment regroupé tous ces textes sur une même page. Si l’accès à ceux-ci est désormais plus aisé, il n’en demeure pas moins que ces règles ne sont toujours pas très compréhensibles.

Sur ce thème, il faut savoir que des conditions d’utilisation trop complexes (notamment en matière de confidentialité) peuvent freiner les membres dans leur utilisation du service. Une récente étude de Siegel+Gale montre que les utilisateurs accordent moins de confiance quand ils n’en comprennent pas vraiment le fonctionnement. Elle montre d’ailleurs que seuls 39% des internautes comprennent les règles de confidentialité de Facebook.

Ce regroupement sur une même page de tous les documents relatifs au service est déjà un premier pas. Vous pouvez y accéder à cette adresse.

Pour finir, quoi de mieux qu’une belle infographie pour comprendre les conditions d’utilisation de 4 géants du Web ?

Source: owni.fr via Pierre on Pinterest

Le 21/05/2012 par MemoClic


Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/16393-facebook-conditions-utilisation.html#ixzz1w1CsEo6p

Le réseau social vient de rallonger la durée de la sanction à l’encontre des spammeurs de 1 semaine à 1 mois.

 
 

 

 

Méfiez-vous si votre activité de publication sur Facebook peut être assimilée à du spam car les sanctions sont plus lourdes aujourd’hui.

Exit les spammeurs sur Facebook

On a tous déjà entendu parler de ces histoires de comptes Facebook temporairement bloqués pour cause de spam. Si la sanction s‘élevait jusque là à 1 petite semaine, elle passe désormais à 1 mois.

sanction spam facebook

Pour rappel, est considéré comme spam tout message faisant l’objet de multiples signalements par des membres du réseau social. Le réseau social identifie comme spam :

* Les pages, groupes ou évènements qui obligent les utilisateurs à inviter tous leurs amis soit par javascript, soit par invitation manuelle.

  • Les pages, groupes ou évènements qui sont conçus pour mentir, tromper ou autrement masquer la véritable nature du prix ou de tout autre aspect de la promotion.
  • Les pages, groupes ou évènements qui limitent la participation à l’exécution d’une action particulière sur Facebook, comme la publication sur un profil (journal) ou une page, le commentaire d’un statut ou le téléchargement d’une photo.
  • Les pages, groupes ou évènements qui gèrent une promotion auquel un utilisateur peut automatiquement participer lorsqu’il aime le groupe ou la page, ou accepte l’invitation à un évènement.

 

Mais on le sait, les machines peuvent commettre des erreurs et il n’est pas rare qu’un utilisateur voit son compte bloqué par erreur. Et malheureusement pour la victime de ce bug, aucun recours ne lui est proposé. Il devra alors prendre son mal en patience.

Le 26/05/2012 par MemoClic

Lire la suite : http://www.memoclic.com/1215-facebook/16391-sanction-spam-facebook.html#ixzz1w19WwFyn

Le corps retrouvé dans la Loire est bien celui du mineur recherché à Nantes

Le corps retrouvé mercredi après-midi par des promeneurs au bord de la Loire à Bouguenais, près de Nantes, est bien celui du mineur de 13 ans recherché depuis le 14 mai après avoir échappé à la police en se jetant dans la Loire, a confirmé jeudi le parquet de Nantes.

Les empreintes digitales du jeune, déjà connu des services de police, ont permis de l’identifier. Dès mercredi, une source proche du dossier avait précisé que le type ethnique, les mensurations et la stature du corps correspondaient au jeune recherché.

 

http://lci.tf1.fr/filnews/france/le-corps-retrouve-dans-la-loire-est-bien-celui-du-mineur-recherche-7314057.html

Descente des douanes et saisie de mezcal lors d’une fête à Cannes

Le Monde.fr avec AFP | 25.05.2012 à 19h13 • Mis à jour le 25.05.2012 à 19h13

Le réalisateur Carlos Reygadas, l'actrice Nathalia Acedevo et l'acteur Adolfo Jimenez Castro sur le tapis rouge avant la projection de "Post Tenebras Lux", jeudi.

 

La fête du film de Carlos Reygadas, en course pour la Palme d’or, a été perturbée jeudi soir par un contrôle des douanes qui s’est conclu par une saisie de mezcal,alcool traditionnel mexicain, a-t-on appris auprès de la société de distribution dufilm, qui organisait la soirée.

« Des bouteilles de mezcal venant de la valise diplomatique avaient été offertes par l’ambassade du Mexique pour la fête organisée à Cannes autour de Carlos Reygadas. Les douanes ont saisi cet alcool », a déclaré Jean Labadie, président de la société Le Pacte, qui coproduit le film en compétition Post Tenebras Lux et le distribue en France.

L’ambassade du Mexique à Paris a confirmé l’origine du mezcal : « L’Institut mexicain du cinéma a envoyé cet alcool à Cannes depuis Mexico, via notre ambassade, pour la fête de M. Reygadas. Nous avons agi de bonne foi. Pour le moment, nous n’avons pas été notifié de la saisie », a déclaré le service de presse.

« COMME DES PINGOUINS »

Plusieurs dizaines de bouteilles de mezcal livrées sur le lieu de la fête ont fait l’objet d’une saisie conservatoire et devront être déposées dans les prochains jours au service des douanes des Alpes-Maritimes, selon M. Labadie, qui se déclare « étonné » par l’importance des moyens policiers déployés (une trentaine de policiers et de douaniers, selon lui).

« Nous étions en smoking, comme des pingouins, et nous n’avions pas avec nous les papiers attestant de la provenance diplomatique de la mezcal », a-t-il raconté, jugeant que ce contrôle « surréaliste » était resté « courtois ».

« Toute la villa a été fouillée. Les buffets ont été détruits et la nourriture jetée dans des poubelles. C’était un peu excessif. On ne sait pas ce qu’ils cherchaient. Lapolice a interdit aux barmen de servir quoi que ce soit, même de l’eau », a encore relaté M. Labadie. « C’était stressant, mais finalement nos invités se sont amusés de la situation et ils garderont un souvenir de cette soirée ! », a ironisé le producteur et distributeur.

Paris : deux hommes interpellés alors qu’ils escaladaient la Tour Eiffel

 Stéphane Sellami | Publié le 26.05.2012, 19h44

Les deux hommes grimpaient à mains nues le long du pilier sud du monument.

Les deux hommes grimpaient à mains nues le long du pilier sud du monument. | LP/CAROL AMAR

Deux hommes lancés, semble-t-il, dans un défi stupide ont été interpellés, le 25 mai, vers 2 heures du matin, alors qu’ils se trouvaient au 2ème étage de la Tour Eiffel dans le VIIe arrondissement à Paris. Repérés quelques minutes plus tôt par des témoins effarés de les voir grimper à main nue le long du pilier sud du monument, les deux escaladeurs ont été récupérés, sains et saufs, par des policiers.

Les deux hommes, manifestement sous l’emprise de l’alcool, ont été placés en cellule de dégrisement avant de se voir dresser une amende. 

 

Le Parisien

Paris : 20 kg de drogue et 20 000 € chez le trafiquant

 Stéphane Sellami | Publié le 26.05.2012, 19h34

Les enquêteurs ont été mis sur sa piste d'un trafiquant présumé après l’interpellation d’un de ses revendeurs. (Illustration)

Les enquêteurs ont été mis sur sa piste d’un trafiquant présumé après l’interpellation d’un de ses revendeurs. (Illustration) | (LP/PHILIPPE DE POULPIQUET)

Des policiers ont saisi près de 20 kilos de drogue et près de 20 000 € en argent liquide, le 24 mai, au domicile d’un trafiquant présumé, domicilié dans le XVIIIe arrondissement à Paris. Les enquêteurs ont été mis sur sa piste après l’interpellation d’un de ses revendeurs, le 22 mai, dans le IXe arrondissement parisien.

Les fonctionnaires ont mis la main sur plus de 10 kg de résine de cannabis, près de 7 kg d’herbe du même produit, 20 000 €, une balance de précision ainsi que des sachets pour emballer les stupéfiants. Les deux suspects ont été placés en garde à vue. 

 

Le Parisien

Val-d’Oise : un homme meurt après une chute du deuxième étage d’un hôpital

Publié le 26.05.2012, 18h36 | Mise à jour : 18h55

DR

Un homme de 58 ans est décédé samedi après avoir chuté du deuxième étage de l’hôpital de Magny-en-Vexin (Val-d’Oise), a-t-on appris auprès des pompiers.

L’homme est tombé vers 14H50 du deuxième étage de l’hôpital. Il était en arrêt cardiaque lorsque les secours sont arrivés sur place, selon les pompiers du Val-d’Oise.

La victime est décédée sur place. L’information a été confirmée par la gendarmerie qui s’est rendue sur les lieux. La direction de l’hôpital n’a pas souhaité s’exprimer.

 

LeParisien.fr

Paris : un homme tué en pleine rue

Stéphane Sellami | Publié le 26.05.2012, 14h50 | Mise à jour : 14h54

Un jeune homme, dont l’âge n’a pas été précisé, est décédé, ce samedi après-midi, 26 mai, après s’être fait tirer dessus en pleine rue dans le XXe arrondissement à Paris. La victime a été prise pour cible, vers 13 h 30, rue Saint-Blaise, par un tireur isolé avant d’être secourue par des témoins.

Pris en charge dans un état grave, le jeune homme a été évacué vers l’hôpital de la Croix-Saint-Simon (XXe). Il est décédé environ une heure après son admission au centre hospitalier. Plusieurs effectifs de police ont été déployés sur les lieux des faits, ainsi qu’autour de l’hôpital. Une enquête pour meurtre a été ouverte. 

 

LeParisien.fr

Rosny-sous-Bois : les policiers tirent sur un homme armé

Stéphane Sellami | Publié le 26.05.2012, 11h18 | Mise à jour : 11h24

Un homme a été blessé ce samedi par des policiers qu’il était en train de menacer avec une arme de poing dans une rue de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Les faits se sont déroulés vers 3h30 du matin. Les fonctionnaires avaient été alertés par des témoins qui avaient aperçu, quelques minutes plus tôt, cet homme muni d’une arme de poing.

Après avoir retrouvé sa trace, rue Paul-Bert, les policiers lui ont ordonné, à plusieurs reprises, de lâcher son arme. L’homme, âgé de 30 ans, a alors brandi son pistolet automatique en direction des fonctionnaires. Ces derniers ont fait feu à cinq reprises dans sa direction avant de l’atteindre à une épaule et à la hanche. Blessé, il a été évacué vers l’hôpital Beaujon à Clichy (Hauts-de-Seine). Ses jours ne sont pas en danger.

Connu des services de police 

Christian Lambert, le préfet de Seine-Saint-Denis s’est rendu sur place. L’Inspection générale des services (IGS) a été saisie d’une enquête après les tirs effectués par les policiers, comme c’est toujours le cas dans ce type de situation. Les enquêteurs de la PJ départementale ont été chargés des investigations concernant l’arme trouvée en possession du mis en cause. Ce dernier est déjà connu des services de police. «Les policiers ont su faire preuve de sang-froid face à cet homme armé et menaçant, relate Stéphane Pelliccia, délégué départemental pour le syndicat de police CFDT Interco police. Les malfrats n’hésitent désormais plus à braquer leur arme sur les fonctionnaires». 

 

LeParisien.fr

Mantes-la-Jolie : le scooter fou arrache le pied d’un piéton

 Laurent Mauron | Publié le 26.05.2012, 10h32 | Mise à jour : 10h47

Un grave accident impliquant un scooter et un piéton s’est produit, vendredi soir, rue Maurice Braunstein à Mantes-la-Jolie. Il est environ 21h30 lorsque l’engin, qui roule à haute vitesse sur le trottoir, percute un piéton. Sous la violence du choc, ce dernier a le pied arraché. Immédiatement pris en charge, la victime est dirigée vers l’hôpital Georges-Pompidou à Paris.

Son pronostic vital est engagé. Les deux individus juchés sur l’engin prennent la fuite. Le commissariat de Mantes est à la recherche d’indices.

Si vous avez été témoin de cet accident, vous pouvez contacter le 01.30.94.82.10. 

 

 

LeParisien.fr

Essonne : le mari violent se déshabille devant les policiers

Publié le 26.05.2012, 09h19

Il devait à l’origine être uniquement poursuivi pour des violences sur sa conjointe. Il le sera. Mais il devrait également devoir répondre d’outrage et de menaces sur les policiers et s’expliquer sur sa séance d’exhibitionnisme. Un homme de 23 ans a été arrêté jeudi matin, dans le hall de son immeuble de Draveil.

A ses côtés, sa compagne, le visage tuméfié. Les policiers séparent le couple et commencent à fouiller l’agresseur. Là, l’homme se déshabille et agite ses parties génitales pour prouver qu’il ne cache aucune arme. Il a été déféré hier matin devant le parquet du tribunal d’Evry. 

 

Le Parisien

Finlande : un homme armé ouvre le feu, deux morts et sept blessés

Publié le 26.05.2012, 08h29 | Mise à jour : 13h05

Hyvinkaa, ce 26 mai 2012. Le tueur présumé, dont l'identité n'a pas été communiquée et qui ne présente aucun antécédent criminel, ne disposait pas d'un permis de port d'armes.

Hyvinkaa, ce 26 mai 2012. Le tueur présumé, dont l’identité n’a pas été communiquée et qui ne présente aucun antécédent criminel, ne disposait pas d’un permis de port d’armes. | JUSSI NUKARI / LEHTIKUVA / AFP

Un jeune homme armé a semé la terreur ce samedi vers une heure du matin (heure de Paris) dans un centre-ville du sud de la Finlande, tuant deux personne et en blessant sept autres. Embusqué sur un toit du centre-ville de Hyvinkaa, à 56 kilomètres au nord de la capitale finlandaise Helsinki, l’auteur des tirs, un jeune de 18 ans en tenue de camouflage, aurait utilisé deux fusils. Il a été interpellé dans la nuit, sans résistance.

Une jeune fille de 18 ans a été tuée sur le coup et huit personnes ont été blessées, dont deux gravement. L’une d’entre elles, un homme de 18 ans, a succombé à ses blessures samedi matin à l’hôpital; selon l’agence finlandaise de presse FNB, qui cite la police. Une policière compte parmi les victimes.

Le tueur présumé, dont l’identité n’a pas été communiquée et qui ne présente aucun antécédent criminel, ne disposait pas d’un permis de port d’armes.

Afficher Fusillade mortelle en Finlande sur une carte plus grande

Inquiétante série de carnages en Finlande
La Finlande est devenue tristement célèbre ces dernières années par une recrudescence inquiétante des fusillades mortelles. Le nombre d’armes en circulation par rapport à la population, l’un des plus élevés au monde, a forcé le gouvernement a serrer la vis sur la détention d’armes en juin dernier.
En novembre 2007, huit personnes ont été abattues par un adolescent de 18 ans dans un lycée proche d’Helsinki. Le tueur s’était ensuite suicidé. Un an après, c’est un jeune homme de vingt-deux ans qui a fait dix morts à Kauhajoki avant de se suicider. En décembre 2009, un homme qui venait de poignarder à mort son ex-petite amie a également abattu quatre personnes dans une galerie commerciale d’Espoo, dans la banlieue de Helsinki. Il s’est également donné la mort.

 

LeParisien.fr 

Paris : Lorenzo, 4 ans, porté disparu dans la Seine

Aline et Noël veulent espérer. Lorenzo, leur enfant, est tombé dans la Seine vendredi matin. Mais il sait nager. Aujourd’hui, ses parents lancent un appel à témoins.

Céline Carez, Stéphane sellami, Benoît Hasse | Publié le 26.05.2012, 07h29


port de Tolbiac (côté XIIIe), hier. Aline et Noël espèrent que le garçonnet s’est réfugié sur une rive ou que « quelqu’un l’a recueilli et va nous le ramener », explique sa maman. La famille transportait du sable en Belgique à bord de sa péniche lorsqu’elle
a fait escale à Paris.

port de Tolbiac (côté XIIIe), hier. Aline et Noël espèrent que le garçonnet s’est réfugié sur une rive ou que « quelqu’un l’a recueilli et va nous le ramener », explique sa maman. La famille transportait du sable en Belgique à bord de sa péniche lorsqu’elle a fait escale à Paris. | (LP/C.C.)

Il aura suffi de quelques secondes d’inattention pour que le drame survienne. Hier en fin de matinée, Lorenzo, 4 ans, a échappé à la vigilance de ses parents qui s’activaient sur le pont de leur péniche de fret, amarrée depuis la veille au port de Tolbiac (côté XIIIe).

Et le garçonnet a chuté dans la Seine. Ses parents ont donné l’alerte quelques instants plus tard, dès qu’ils se sont rendu compte de la disparition de l’enfant.

Malgré la mobilisation rapide d’importants moyens de secours, l’intervention des plongeurs des pompiers et de la brigade fluviale de la préfecture de police, hier soir, le bambin restait introuvable. « J’allais lui donner sa douche. Je me suis retournée quelques secondes et il avait disparu », explique Aline, sa maman, 30 ans.

Cette femme et son mari, bateliers professionnels depuis 1997, originaires de Vimpelles (77), transportaient une cargaison de sable jusqu’en Belgique. Comme d’habitude, leurs quatre enfants étaient du voyage. La disparition de Lorenzo, le plus jeune, les a plongés dans l’angoisse. « On vit un cauchemar et on se dit qu’on va se réveiller », lâchait Noël, hébété, le jeune papa.

« La brigade fluviale est arrivée tout de suite, commente-t-il. Ils ont tourné avec 3 ou 4 vedettes, ont plongé pendant quatre heures », note le papa. Leurs recherches sont restées vaines. Pourtant, hier soir, les parents de Lorenzo gardaient un espoir. « Notre petit garçon sait bien nager », soulignait sa mère en s’accrochant à l’idée que le petit ait pu se réfugier sur une rive sans être aperçu. « Ou peut-être que quelqu’un l’a recueilli et va nous le ramener », espérait encore Aline.

« La chute d’un enfant dans l’eau, c’est le risque numéro un du métier pour les mariniers qui travaillent en famille », explique Bruno Cossiaux, l’un des responsables de la Chambre nationale de la batellerie artisanale, qui compte un gros millier d’adhérents. « On déplore un décès tous les deux ou trois ans. La protection à 100% n’existe pas. Mais les bateliers sont sensibilisés. Ils apprennent à nager à leurs enfants dès le plus jeune âge. »

Hier, après les recherches, « les policiers de la brigade fluviale ont fait du porte à porte dans tous les bateaux amarrés », commente Bertrand, responsable d’une des péniches-restaurants du quai François-Mauriac. Dans la soirée, les policiers devaient poursuivre les recherches avec un sonar .

Les témoins peuvent contacter la brigade fluviale au 01.55.43.28.60.

 

Le Parisien

Un homme connu de la police abattu par balles à Paris

Créé le 26-05-2012 à 19h56 – Mis à jour à 19h56 Réagir

Les enquêteurs du deuxième district de police judiciaire (DPJ) ont été saisis.

Un homme connu de la police a été abattu samedi 26 mars rue Saint-Blaise à Paris (XXe arrondissement) par un inconnu qui a pris la fuite, a-t-on appris de source policière.

La victime a été prise pour cible vers 12h30 par un homme qui a fait feu à deux reprises. Un troisième homme présent sur place a tenté de transporter sur son scooter l’homme blessé à l’abdomen, avant finalement de l’abandonner quelques rues plus loin. Déjà connue pour des affaires de stupéfiants, la victime est décédée une demi-heure plus tard.

Les enquêteurs du deuxième district de police judiciaire (DPJ) ont été saisis.

Fuites au vatican : le majordome du pape arrêté

 

Publié le 25.05.2012, 13h54 | Mise à jour : 26.05.2012, 09h39

 
 

La justice vaticane tente de savoir qui est à l’origine de nombreuses fuites d’informations secrètes. |LP/Matthieu de Martignac

Le Vatican est en ébullition. Des dizaines de documents secrets du Vatican sur la place publique, le majordome du pape arrêté, le banquier du pape limogé : une semaine difficile s’achève pour le Saint-Siège, révélatrice de tensions mais aussi de la volonté de réformes qui travaille le plus petit Etat du monde. 

 

Dernier épisode en date: une personne «en possession illégale de documents confidentiels» a été arrêtée par la gendarmerie vaticane. Il s’agit de Paolo Gabriele, majordome du pape au-dessus de tout soupçon.

Dans la soirée, une source proche du pape l’a décrit comme « attristé et choqué » par l’annonce de l’arrestation de son majordome, ajoutant qu’il s’agit d’une « affaire douloureuse » pour le souverain pontife.

Des dizaines de fax et de lettres ultra-secrètes ont fuité dans la presse

Selon le journal Il Foglio cependant, il se pourrait que, face au scandale, les enquêteurs aient cherché à identifier un coupable rapidement, et que le majordome ne soit pas forcément le vrai, ou l’unique, coupable. Samedi dernier, un livre intitulé «Sua Santita» («Sa Sainteté») est sorti en librairie, reproduisant des dizaines de fax et de lettres ultra-secrètes dont le pape est le destinataire ou a eu connaissance. Des «gorges profondes» les ont ensuite livrés à l’auteur, le journaliste Gianluigi Nuzzi.

Le nombre de personnes pouvant avoir accès à ces documents, une fois consultés par Joseph Ratzinger, est limité, ont noté des connaisseurs de l’appareil du Saint-Siège. Autour du pape gravitent quotidiennement le majordome, quatre soeurs «Memores Domini» du mouvement catholique italien Communion et Libération, ainsi que les deux secrétaires particuliers de Benoît XVI, Georg Gänswein et Alfred Xuereb.

Jeudi, un spectaculaire vote de défiance au Conseil d’administration de l’Institut pour les oeuvres de religion (IOR) a par ailleurs conduit au limogeage d’Ettore Gotti Tedeschi, expert de «l’éthique de la finance», dont la nomination en 2009 à la tête de l’IOR avait laissé espérer l’assainissement des finances du Vatican. Officiellement, il lui est reproché de «n’avoir pas su remplir certaines fonctions de première importance», en dépit d’avertissements répétés. Selon des sources non confirmées, il aurait pu faire connaître lui-même certains documents de travail à l’extérieur du Vatican, par un souci de transparence.

Un complot d’une «vieille garde» de cardinaux proches de Jean Paul II ?

Le pape allemand, qui a fait de la rigueur une priorité, a créé en 2010 une Autorité d’information financière (AIF). Mais beaucoup reste à faire. En 2011, Mgr Carlo Maria Vigano, alors secrétaire général du gouvernorat du Vatican, avait dénoncé à Benoît XVI des cas de «gabegie» et de «corruption» au sein de l’administration vaticane. Mais ce qui inquiète le plus la Curie romaine est que plusieurs personnes bien placées dans l’appareil aient décidé de trahir pour livrer ces documents. Est-ce un complot systématique pour discréditer le Vatican? Les plus conservateurs se raidissent.

Le journaliste à l’origine du livre, Gianluigi Nuzzi, assure que ses sources sont animées par le seul désir de rendre plus transparent le Vatican et de servir le pape. Une thèse violemment contestée par certaines voix au Saint-Siège. Une thèse circule depuis le début de l’affaire : le secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone, numéro deux du Vatican, a la confiance du pape mais de solides inimitiés dans l’appareil, confirmées par de multiples sources. Une hypothèse avancée est celle d’un complot anti-Bertone d’une «vieille garde» de cardinaux proches de Jean Paul II, qui regrettent une époque où le Saint-Siège avait une voix plus forte sur la scène internationale… et moins soucieuse de transparence.
LeParisien.fr 

TRAFIC DE CANNABIS DÉMANTELÉ : QUATRE INCARCÉRÉS, UN MILLION D’EUROS SAISI

Quatre personnes ont été écrouées après le démantèlement d’une filière de trafic de cannabis en provenance du Maroc, qui a permis la saisie d’un million d’euros en France et de 1,4 tonne de drogue en Espagne, a-t-on annoncé vendredi de source judiciaire.

Quatre personnes ont été écrouées après le démantèlement d’une filière de trafic de cannabis en provenance du Maroc, qui a permis la saisie d’un million d’euros en France et de 1,4 tonne de drogue en Espagne, a-t-on annoncé vendredi de source judiciaire.

Interpellées lors d’un vaste coup de filet, elles ont été mis en examen à Paris dans le cadre d’une information judiciaire ouverte notamment pour «association de malfaiteurs», «importation en bande organisée», «transport, détention, acquisition, offre ou cession de stupéfiants».
Deux autres suspects devaient encore être présentés prochainement au magistrat instructeur parisien.
Cette opération a été le fruit d’une coopération policière et judiciaire entre les autorités française et espagnole «qui a très bien fonctionné», a-t-on précisé.
L’information judiciaire, ouverte par le parquet d’Evry, était conduite depuis janvier par un juge de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris.
Sur la base notamment d’écoutes, les policiers français de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (Octris) ont localisé un des responsables de cette filière dans la région de Malaga, dans le sud de l’Espagne, d’où il organisait la remontée de la drogue dans des «go-fast».
Cet homme était cependant parvenu à s’enfuir quand les policiers avaient tenté de l’arrêter en Espagne le 8 mai. Mais lors de cette opération, les policiers avaient réussi à interpeller un autre suspect et saisi 1,4 tonne de cannabis. La cavale de son comparse a finalement pris fin quelques jours plus tard en région parisienne.
Cinq autres personnes ont également été arrêtées en région parisienne et près de Mulhouse, et un million d’euros a été saisi en France.

 

http://www.estrepublicain.fr/fil-info/2012/05/25/trafic-de-cannabis-demantele-quatre-incarceres-un-million-d-euros-saisi

Conclusions en juillet de la mission sur la protection des policiers

 

La mission de réflexion sur la protection des policiers, annoncée lors de la prise de fonction du ministre de l’Intérieur Manuel Valls afin de répondre au malaise policier, « rendra ses conclusions à la fin juillet », a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Lors d’une rencontre avec les représentants de la police et de la gendarmerie, le ministre a annoncé que cette mission serait présidée par un Conseiller d’Etat et composée de deux inspecteurs généraux de la police et de la gendarmerie ainsi que « deux personnalités indépendantes ».

http://lci.tf1.fr/filnews/france/conclusions-en-juillet-de-la-mission-sur-la-protection-des-policiers-7316018.html

Canular au suicide: 2 arrestations

 

AFP Publié le 25/05/2012 à 19:59 
 

Deux hommes alcoolisés, auteurs d’un faux appel aux pompiers signalant qu’une personne allait se jeter dans la Garonne, ont été interpellés à Bordeaux où les noyades dans le fleuve sont un sujet sensible après cinq décès liés à l’alcoolisation en 10 mois. « Vers 17H30 », les pompiers ont reçu un appel d’une personne affirmant qu’elle allait se jeter dans la Garonne au niveau du Pont de Pierre, selon une source policière. Immédiatement, un Zodiac, une ambulance et une quinzaine de sapeurs-pompiers sont dépêchés sur place, de même qu’une trentaine de policiers mais les recherches pour retrouver un éventuel corps s’avèrent infructueuses, selon les pompiers et cette même source policière.

Dans le même temps, les policiers ont réussi à déterminer d’où venait l’appel, passé depuis un téléphone portable par deux hommes qui se trouvaient sur les quais, à quelques centaines de mètres du Pont de Pierre. « En état d’ivresse manifeste », les deux hommes, a priori âgés de 50 et 55 ans, ont été interpellés vers 18H00 et mis en cellule de dégrisement, avant d’être entendus dans le cadre d’une garde à vue, selon des sources policières.

Le parquet a été informé, a-t-on ajouté. Si « personne n’est tombé dans la Garonne », « tout cela se rapporte » malgré tout « à des faits réels liés à l’alcoolisation », a insisté une source policière, en référence aux cinq noyades de jeunes, apparemment ivres, en l’espace d’une dizaine de mois à Bordeaux.

6 ans ferme pour un contrôleur violeur

 

AFP Mis à jour le 25/05/2012 à 20:28 | publié le 25/05/2012 à 20:26 
 

Un ancien contrôleur de la SNCF âgé de 58 ans a été condamné aujourd’hui à six ans de prison par la cour d’assises du Haut-Rhin qui le jugeait en appel pour le viol à bord d’un train d’une jeune voyageuse en 2008.

L’avocate générale avait requis 8 à 10 ans de prison à l’encontre de Jean-Michel Ancel, aujourd’hui retraité, qui avait été condamné en première instance à une peine de huit ans par la cour d’assises du Bas-Rhin, en mai 2011.

Les faits avaient eu lieu le 17 juillet 2008, dans un train Lyon-Strasbourg, où M. Ancel, alors à trois mois de la retraite, était le seul contrôleur à bord. La jeune fille, âgée de 22 ans au moment des faits, affirme qu’il l’a violée dans un compartiment où il l’avait entraînée après qu’elle lui eut signalé avoir perdu son billet.

Mais l’accusé a une nouvelle fois affirmé lors de ce procès en appel qu’il ne l’avait pas violée, ne reconnaissant que des attouchements consentis. Marié et père de famille, il a soutenu que la jeune femme, munie d’un billet valide, l’a masturbé sans qu’il ait eu besoin de la forcer.

Bien que son empreinte génétique ait été retrouvée dans le vagin de la victime, il a réfuté toute pénétration. Sa défense avait plaidé l’acquittement, mettant en cause les prélèvements génétiques et pointant des changements dans la version donnée des faits par la victime.

Rencontre Valls-policiers : qu’est-ce qui s’est dit ?

Créé le 25-05-2012 à 21h42 – Mis à jour à 22h03

Le ministre de l’Intérieur a notamment annoncé sa volonté de créer des « commissions de travail police-justice » sur la délinquance des mineurs.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls lundi 21 mai à Marseille (AFP/ Philippe Laurenson)

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls lundi 21 mai à Marseille (AFP/ Philippe Laurenson)

« Il nous l’a fait à l’envers dès le départ, mais dans le sens positif » remarque dans un sourire un policier présent vendredi 25 mai à la première rencontre entre le nouveau ministre de l’Intérieur et les syndicats de police. « D’habitude, le ministre parle longuement et nous écoute après. Manuel Valls a fait l’inverse » poursuit le policier. Une rencontre qui a été « longue » (de 11h à 13h30) note positivement un autre, et, si peu d’annonces concrètes ont été faites, « de nombreux sujets ont été abordés ».

Des « commissions de travail police-justice » sur la délinquance des mineurs

Des sujets « courageux », selon le secrétaire général adjoint du Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) Emmanuel Roux, comme la délinquance des mineurs. S’il n’a pas commenté la volonté de la ministre de la Justice Christiane Taubira de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs, le ministre a annoncé son souhait de créer prochainement des « commissions de travail police-justice ». Avec, souligne le secrétaire général d’Alliance police, Jean-Claude Delage, des « experts compétents » qui travailleront entre autres sur « l’assistance lors des auditions administratives et le maintien du salaire lorsqu’un policier est privé d’activité ». Il « n’a pas donné un sentiment de volonté d’impunité concernant les multiréitérants » note par ailleurs le secrétaire général de Synergie Officiers, Patrice Ribeiro. Et a déclaré que « la délinquance des mineurs est un problème majeur dont il faut débattre en profondeur » poursuit Emmanuel Roux. Manuel Valls a également « affirmé qu’il ne sera pas un ministre de l’Intérieur qui s’opposera au ministre de la Justice » retient le secrétaire général du Snop Jean-Marc Bailleul.

Une « mission sur la protection fonctionnelle du policier »

L’annonce de la création d’une « mission de réflexion sur le statut de la protection fonctionnelle du policier », menée par un conseiller d’Etat, est le second « point fort » de cette rencontre, selon Philippe Capon, secrétaire général d’Unsa Police. Elle portera notamment sur la protection juridique des policiers et est une réponse « concrète », selon plusieurs représentants, aux nombreux mouvements de protestation survenus récemment après l’affaire de Noisy-le-Sec et la mise en examen d’un policier.

Au sujet des zones de sécurité prioritaires promises par François Hollande, Manuel Valls a affirmé qu’il ne serait pas question « d’une police de proximité à l’ancienne » rapporte Nicolas Comte, « il a dit qu’il ne faudra pas les généraliser et qu’il faudra mettre en place de nombreux retours sur expérience. » « Il a ouvert quelques pistes comme des zones prioritaires (avec) le rapprochement police-population », a également précisé Jean-Claude Delage. Le ministre de l’Intérieur a au passage rappelé la nécessité pour les policiers d’être « irréprochables » et a déclaré qu’il était « contre l’utilisation du tutoiement« .

Il a aussi confirmé sa volonté de remplacer des responsables policiers. Sans nommer personne, il « a dit que certains allaient changer à la police et au renseignement intérieur ». Les remplacements du directeur de la police nationale Frédéric Péchenard, présent à la réunion, et celui de la DCRI Bernard Squarcini sont imminents.

« Contre » la politique du chiffre et pour « stopper l’hémorragie » des effectifs

Concernant la problématique des effectifs, essentielle aux yeux de la profession, le ministre a affirmé qu’il souhaitait « stopper l’hémorragie chez les gradés et les gardiens de la paix » et « mettre fin au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux » rapporte aussi Philippe Capon. Pas d’annonce chiffrée toutefois, ni de calendrier précis. « Il a prévenu que ce ne sera pas facile ni forcément rapide. On attend les chiffres ». Le ministre, jugé par certains comme « pragmatique et réaliste », a d’ores et déjà annoncé qu’il « a des contraintes budgétaires et ne pourra pas tout faire » note aussi Philippe Capon.

Le ministre de l’Intérieur a aussi abordé la question de la politique du chiffre et s’est positionné « contre, comme il s’est positionné contre le chiffre unique de la délinquance et pour la suppression des objectifs chiffrés par type d’interpellation » rapporte encore Nicolas Comte, ajoutant que le ministre avait tout de même précisé que « la police doit avoir les moyens de connaître ses résultats. »

Sans surprise, le ministre s’est dit « favorable » à l’utilisation de la vidéosurveillance, qu’il a développée à Evry. « Il a dit qu’il fallait penser à la complémentarité et mener une large réflexion sur la vidéoprotection, la police municipale et la sécurité privée » ajoute un policier. « La vidéo peut être utile » admettent plusieurs d’entre eux, « mais penser qu’elle va tout résoudre est une erreur. Surtout qu’il faut des gens, derrière les écrans, pour qu’elle soit efficace. » Manuel Valls a par ailleurs insisté sur le fait qu’il veillera à « lutter contre les sites Internet dénigrant les policiers comme Copwatch« .

« Il ne veut pas renouveler les erreurs du précédent gouvernement »

De manière générale, le nouveau ministre a fait plutôt bonne impression aux différentes organisations syndicales. « C’est un nouveau style » selon Philippe Capon. « Il tranche avec le discours précédent » poursuit Jean-Marc Bailleul, « il ne veut pas renouveler les erreurs du précédent gouvernement qui réagissait au coup par coup, refuse le zapping sécuritaire et veut mener une réflexion de fond ». Manuel Valls a toutefois précisé qu’il « n’était pas là pour tout changer et s’inscrire systématiquement dans la rupture » a retenu un policier, quand un autre rapporte qu’il a dit que « tout de ce qui a été fait ces cinq dernières années n’était pas nécessairement à jeter. »

Plusieurs représentants syndicaux l’ont trouvé « déterminé », « direct », « pragmatique », « à l’écoute », « connaissant bien ses dossiers » et sont unanimement satisfaits de sa volonté exprimée d’un « vrai dialogue social ». « C’est plutôt bien engagé » résume Emmanuel Roux, « maintenant il faut voir comment il se comporte vraiment. » Tous, à présent « attendent les actes. » Chaque organisation syndicale aura l’occasion d’en reparler avec le ministre, individuellement cette fois, d’ici la fin juin.

Police : ce que les syndicats veulent dire à Manuel Valls

 

Par Jean-Marc LeclercMis à jour le 25/05/2012 à 10:18 | publié le 24/05/2012 à 20:00  
Manuel Valls lors de son arrivée Place Beauvaux, le 17 mai à Paris.
Manuel Valls lors de son arrivée Place Beauvaux, le 17 mai à Paris. Crédits photo : BERTRAND GUAY/AFP
 

Le ministre de l’Intérieur reçoit vendredi matin une quinzaine d’organisations représentatives.

La prise de contact du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avec les syndicats de police doit avoir lieu vendredi Place Beauvau. Une quinzaine d’organisations, du SGP-FO (majoritaire chez les gradés et gardiens) au Syndicat des commissaires de la police nationale, ont préparé cette réunion importante qui suit la tournée des grandes directions du ministère effectuée par le nouveau premier flic de France depuis sa nomination le 16 mai dernier. Manuel Valls, l’élu d’Évry qui a armé sa police municipale et misé sur la vidéoprotection dans sa ville, jouit d’une bonne image dans la «grande maison». Et il s’est entouré de professionnels à l’excellente réputation. Mais son silence dans l’affaire de la suppression annoncée des tribunaux correctionnels a déjà instillé un doute sur ses marges de manœuvre vis-à-vis de l’aile gauche du PS. Saura-t-il défendre ses troupes, policiers et gendarmes? Les syndicats devraient en tout cas évoquer les cinq préoccupations remontant de leur base.

• Clarifier la relation avec les juges

La mise en examen, le 25 avril dernier, pour homicide volontaire d’un agent qui avait tué un truand armé et en fuite à Noisy-le-Sec a été le catalyseur d’un certain malaise dans la police. «Nous réclamons une meilleure protection juridique pour les policiers en intervention, en leur accordant une présomption de légitime défense dans de telles situations et le maintien de leur traitement si la justice les prive d’activité durant l’instruction de l’affaire. Nous dirons au ministre qu’il faut s’inspirer des garanties accordées aux gendarmes», déclare Jean-Claude Delage, le patron d’Alliance, deuxième force syndicale dans la police. «Au-delà du cas de Noisy, les policiers ont trop souvent le sentiment d’être lâchés par une poignée de juges mus par l’idéologie», estime Patrice Ribeiro, le patron de Synergie-officiers.

• Préserver la police judiciaire

Au syndicat des commissaires, dirigé par Sylvie Feucher, certains chefs de services mettent en garde: «L’Intérieur doit résister à la vieille tentation de mettre la police sous la coupe totale de la justice, notamment la police judiciaire.» Et l’un d’eux de rappeler: «Defferre et Joxe autrefois avaient tenu bon».

• Abandonner la politique du chiffre

La «culture du résultat» pratiquée depuis 2002 n’a plus le vent en poupe. Si Nicolas Sarkozy a restauré l’efficacité policière, avec une affaire sur trois résolue contre une sur quatre sous Jospin, la machine semble s’être enrayée depuis trois ans. La gauche ne veut pas tomber dans le piège des comparaisons avec les meilleures années de la droite au pouvoir. Et les syndicats, majoritairement à gauche dans la police, feront tout pour que les policiers de terrain échappent à la «pression du chiffre». L’Observatoire national de la délinquance, garant de l’orthodoxie comptable, va d’ailleurs être réformé…

• Stopper l’hémorragie des effectifs

Pas moins de 12.000 postes ont été supprimés dans les forces de l’ordre, au nom de la rigueur budgétaire. Il n’a pas échappé aux syndicats que François Hollande a promis de créer 10.000 postes de gendarmes et de policiers, de magistrats et de greffiers en cinq ans. Soit autant que ce qu’a coûté en effectifs la mise en place des 35 heures dans ces institutions… «Mais dans la police si cette politique consiste à remplacer des agents de plein exercice par de simples adjoints de sécurité, les gains seront moindres», affirme un officier de Synergie.

Relancer les réformes statutaires

La réforme des corps et carrières lancée en 2002 devait répondre à l’aspiration légitime de la base à prendre des responsabilités. Ce faisant, les corps de commandement ont subi des coupes claires. Au point de menacer l’existence même des commissaires, institution séculaire. Sylvie Feucher, la patronne de leur principal syndicat, prévient: «Nous réclamerons le respect du principe hiérarchique et la fin du clanisme dans les nominations.» Manuel Valls va découvrir les joies de la cogestion avec les syndicats, à laquelle Nicolas Sarkozy lui-même n’a pu échapper.


Un cabinet de supertechniciens Place Beauvau

«De grands professionnels.» C’est en ces termes qu’un ancien du cabinet de Claude Guéant qualifie, beau joueur, l’équipe qui entoure le nouveau ministre de l’Intérieur. Le préfet Jean Daubigny, 64 ans, en assure la direction. Il était jusqu’ici préfet des Pays de la Loire, sa cinquième préfecture de région et surtout le fief électoral du premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui le connaît et l’apprécie. Renaud Vedel, formé à l’école du préfet de police de Paris,Michel Gaudin, devient, quant à lui, l’un des deux directeurs adjoints de cabinet. Il a suivi et orchestré avec son ancien patron les principales réformes d’organisation de la police et de la gendarmerie depuis 2002. Ce technicien chevronné, promu préfet en 2012 par Nicolas Sarkozy, n’a jamais caché sa sensibilité de gauche. Durant la présidentielle, il a participé à plusieurs réunions du think-tank du PS Terra Nova. Autre poids lourd du cabinet: le général Denis Favier, responsable du pôle gendarmerie. Cet ancien chef du GIGN avait dirigé l’assaut contre un Airbus piraté par des islamistes à l’aéroport de Marignane en 1994. Le conseiller police, Jacques Méric, inspecteur général de la police nationale, a été patron de la Sécurité publique dans la bouillante Seine-Saint-Denis, puis en Bretagne.

Yves Colmou, ancien pilier de la campagne de Jospin en 2002, tiendra le rôle de conseiller spécial auprès de Manuel Valls.

Deuxième nuit d’échauffourées à Massy, près de Paris

le 25 mai 2012 à 08h59 , mis à jour le 25 mai 2012 à 09h03

Dans cette ville de l’Essonne, des affrontements ont de nouveau eu lieu dans la nuit jeudi à vendredi, après la mort mercredi d’un jeune homme qui roulait sans casque à bord sur une moto volée.

 De nouvelles échauffourées ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre les forces de l’ordre et de jeunes habitants de Massy, dans l’Essonne, après la mort mercredi d’un jeune homme qui roulait sans casque à bord sur une moto volée. Une source proche de l’enquête a fait état de tirs de mortiers et d’un jet de boule de pétanque, sans plus de précisions. Selon cette source, il n’y avait ni blessés, ni dégâts, et la police n’avait procédé à aucune interpellation. Une autre source proche de l’enquête a indiqué que le calme est revenu vers 1h.

Mercredi soir, des détritus qui se trouvaient sur le trottoir avaient été incendiés. Plus tard, une voiture a été retournée et des affrontements ont eu lieu. Des encombrants, qui avaient été déposés sur le trottoir, ont été placés sur la route. Des vitres ont été brisées sur une vingtaine de véhicules. Il n’y avait eu ni blessés ni interpellations.

1,08 g d’alcool dans le sang

Ces violences font suite à la mort d’un jeune garçon, dans la nuit de mardi à mercredi, alors qu’il circulait à bord d’une moto volée. Selon des sources concordantes, des rumeurs mettent en cause la police. Le jeune homme décédé, âgé de 24 ans, était originaire de la ville voisine d’Antony. Il aurait perdu le contrôle de la moto, qu’il venait  de dérober lors d’un cambriolage et qu’il conduisait à très vive allure. Il ne portait pas de casque et ne détenait aucun permis de conduire. Selon les premiers éléments de l’enquête, la moto a été retrouvée à une quarantaine de mètres du point d’impact.

Connu des services de police, ce jeune homme présentait un taux de 1,08 g d’alcool dans le sang, et avait consommé du cannabis, selon cette même source. Un autre jeune homme, âgé de 19 ans, originaire de Massy, et qui se trouvait avec lui sur la moto, a été grièvement blessé. Il a été transporté à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre.

le 25 mai 2012 à 08:59

Affaire Merah : ce que dit le rapport du Raid

 
Par D.D.F., le 24 mai 2012 à 23h15 , mis à jour le 24 mai 2012 à 23h48 

Dossier : Affaire Merah

Dans un texte daté du 23 mars, dont le site internet du Point a publié quelques extraits jeudi, le patron de l’unité d’élite de la police explique notamment pourquoi le « tueur au scooter » est mort, alors que l’objectif était de l’interpeller vivant.

Le principal suspect de la tuerie de Montauban et de Toulouse est mort ce jeudi, 22 mars 2012, midi à Toulouse pendant l’intervention du Raid. Le siège contre son appartement, dans un quartier de Toulouse, a tenu la France en haleine pendant plus de 32 heures. L’issue de l’assaut, conclue par la mort de Mohamed Merah, le présumé « tueur au scooter », avait fait polémique. Pourquoi Merah n’a-t-il pas pu être attrapé vivant ? Quel accueil les hommes du Raid ont-ils reçu lors de l’assaut ? Et plus largement, que s’est-il passé lors de l’intervention de l’unité d’élite de la police ? Toutes ces questions trouvent leurs réponses dans un rapport daté du 23 mars et rédigé de la main d’Amaury de Hautecloque, patron du Raid, dont le site internet du Point publie des extraits jeudi. 

Première intervention 

La consigne donnée aux policiers ? « Conserver à l’esprit l’impérieuse nécessité de l’interpeller et d’interpréter avec la plus stricte rigueur les conditions de la légitime défense ». Le patron du Raid revient notamment sur la première tentative d’interpellation « du dénommé Mohamed Merah, le 21 mars à 3h15 ». Alors que les policiers progressaient « silencieusement aux abords de l’immeuble » et que la lumière du hall d’immeuble était éteinte, deux hommes du Raid « chargés de mettre en place le système d’ouverture forcée de la porte d’entrée » se positionnaient. A cet instant, « les policiers étaient alors surpris par l’ouverture soudaine de la porte par le mis en cause […] et par le passage d’une main porteuse d’un pistolet semi-automatique et l’ouverture de feu dans leur direction ». Deux policiers étaient alors touchés. « Devant ces faits inattendus, j’annonçais à haute voix notre qualité de policier…Cette action ne produisait pas l’effet escompté, le mis en cause redoublant de vigueur et tirant aveuglément dans notre direction ». 

Face au blocage de la situation, le Raid décidait de parler avec Merah. « Soucieux d’obtenir la résolution pacifique de cette situation de crise, je demandais au négociateur de rassurer le mis en cause sur nos intentions ne lui indiquant que nous souhaitions simplement qu’il se constitue prisionnier », écrit le patron du Raid. A 5h35, Merah répondait aux policiers en les « invectivant et en ouvrant le feu en direction des tireurs d’élite du Raid pourtant dissimulés derrière des véhicules stationnés sur la chaussée à hauteur des fenêtres de cet appartement ». La situation « ayant changé de nature », le Raid décidait alors d’un « changement de rythme ». 

Les négociations avec Merah 

Une même « stratégie de négociation » avait été décidée par les « autorités administratives et judiciaires » : « le conduire à prendre conscience qu’il n’avait pas d’autre issue que celle de se rendre au service interpellateur ». Les hommes du Raid ont d’abord cherché à « établir un lien de confiance » avec Merah en le laissant s’expliquer sur ce qui l’avait poussé à ouvrir le feu lors de l’arrivée des policiers. Selon le patron du Raid, Merah faisait preuve « en apparence » de « bonne volonté », allant même jusqu’à accepter de remettre l’une de ses armes en la jetant par la fenêtre. Il « revendiquait son action en faisant valoir son appartenance à la mouvance djihadiste internationale », en particulier à Al-Qaïda. 

Lors des discussions, Merah « s’engageait formellement à se constituer prisonnier à l’issue de la journée du mercredi 21 mars 2012 ». Il demandait « un peu de temps pour se préparer à ce moment », fixé à 23h. Mais à 22h45, il changeait d’avis. « Il déclarait avoir mis à profit tout ce temps pour se reposer et se préparer » à l’intervention du Raid. Une intervention planifiée le jeudi 22 mars à 10h30. 

L’assaut 

Les hommes du Raid décidaient alors de s' »organiser pour l’empêcher de se reposer ». « Alors même que Mohamed Merah nous avait notifiés verbalement son intention d’opposer une résistance farouche et de mourir les armes à la main si nous tentions une quelconque manoeuvre destinée à le déloger, les policiers du Raid étaient tous sensibilisés, par l’intermédiaire de leur chef d’équipe, afin de conserver à l’esprit l’impérieuse nécessité de l’interpeller ». La consigne alors ? « Retarder autant que possible l’usage des armes létales en direction du mis en cause et interpréter avec la plus stricte rigueur les conditions de la légitime défense ». Le patron du Raid détaille ensuite les premiers mouvements du Raid dans l’appartement : « Vers 11 h 30, le groupe d’intervention placé au niveau de la porte, qui réalisait une brèche à l’aide d’une perche métallique dans le mur des WC attenant à la salle de bain, annonçait contre toute attente une nouvelle agression armée dans leur direction. Malgré cela, instruction était donnée de ne pas riposter et de lancer des grenades offensives afin de déstabiliser le mis en cause et de s’assurer de sa personne. » 

Mais la riposte de Merah était au-delà des attentes, « d’une rare violence destinée apparemment à tuer un maximum de policiers engagés sur l’opération ». En sortant de la salle de bains où il était retranché, Merah « faisait feu sans discontinuer pendant de longues minutes ». Même touché au poignet, il ne s’arrêtait pas. Après avoir atteint un policier, « Merah s’acharnait sur les deux autres policiers encore présents sur le balcon ». « Loin de renoncer à sa folie meurtrière, Mohamed Merah […] procédait à un tir dit « à la palestinienne », dirigeant son bras armé en direction des policiers situés en contrebas et tirant aveuglément dans leur direction sans s’exposer outre mesure. L’un des policiers du Raid était alors blessé par balle au niveau du pied », poursuit le rapport. 

Face à « l’impossibilité matérielle » des policiers positionnés sous les fenêtres de « s’extraire et se replier, les tireurs d’élite devaient se résoudre à faire une action de feu destinée à neutraliser » Merah, qui sera déséquilibré par plusieurs impacts de balles. C’est donc face à la violence du suspect et afin de protéger les hommes du Raid sur place que les tirs fatals ont été tirés. Et le patron du Raid de conclure : « Malgré les efforts déployés, en retardant au plus loin ses actions légitimes de riposte proportionnée qui auraient permis de mettre un terme plus tôt aux tirs dont nous étions l’objet et de préserver l’intégrité de ses personnels, en s’interdisant l’utilisation de certaines techniques et de certaines armes alors même que les circonstances l’auraient justifiée, le Raid n’est pas parvenu à interpeller Mohamed Merah et à le maintenir en vie contre son gré. »

Merci à Sandrine Lelong 

Un policier écroué pour un viol dans un commissariat

Créé le 25-05-2012 à 17h26 – Mis à jour à 18h08 1 réaction

Le policier affirme, lui, qu’il s’agissait d’une « relation sexuelle consentie » avec une femme arrêtée en état d’ivresse.

Un policier, soupçonné d’avoir violé une femme mi-mai au sein du commissariat de Mantes-la-Jolie (Yvelines), a été écroué jeudi, a-t-on appris vendredi 25 mai de source judiciaire.

Dans la nuit du 16 au 17 mai, la quadragénaire en état d’ivresse avait été placée en cellule de dégrisement, selon la même source, confirmant une information du Parisien.

Le lendemain, la femme, dépressive, a absorbé une forte dose de médicaments et, interrogée par ses proches et l’équipe médicale sur la raison de son geste, elle a raconté avoir été violée au commissariat, a révélé une seconde source judiciaire.

Le brigadier de police mis en cause par la victime a été placé en garde à vue mardi 22 mai dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) à Paris, a précisé une source proche du dossier.

Le policier reconnaît avoir eu une « relation sexuelle consentie » avec la quadragénaire, niant toute contrainte, a ajouté cette même source. Déféré jeudi 23 mai au parquet de Versailles, le fonctionnaire a été mis en examen pour « viol » et placé en détention provisoire

Viols sur une mineure de 14 ans: jusqu’à 15 ans de prison contre les accusés

 

Publié le 25.05.2012, 17h44

 
 
 
Les assises de la Haute-Garonne ont condamné vendredi à des peines allant jusqu’à 15 ans de réclusion trois Turcs accusés d’avoir profité du désarroi profond d’une fugueuse de 14 ans pour la violer pendant quatre jours.
Ishak Guler, 22 ans, a été condamné à 15 années de réclusion; Selman Varkan, 24 ans, à 13 années de réclusion; et Selcuk Oczan, 37 ans, à 8 années d’emprisonnement pour viols aggravés et complicité. 

 

Velichka Naydenova, 31 ans, une prostituée bulgare qui avait hébergé l’adolescente au moment des faits, a été condamnée à 5 ans de prison avec sursis pour complicité de viols.
Julie, qui vivait avec ses grands-parents dans le Pas-de-Calais depuis le décès de son père et les problèmes de santé de sa mère, passait ses vacances avec eux dans un camping des Pyrénées-Orientales quand elle a décidé de s’enfuir.
Elle s’est retrouvée à Toulouse, ville dont elle ignorait l’existence même, et y a rencontré les accusés qui, tour à tour, ont abusé d’elle.
Le quatuor était aussi accusé d’avoir voulu la prostituer. Les assises les ont acquittés des accusations de proxénétisme.
Le procès a livré en la personne de Julie le portrait d’une adolescente d’une extrême fragilité.

 

Quatre ans de prison pour l’incendiaire d’un quartier historique de Colmar

 

Publié le 25.05.2012, 18h11

 
 
Un homme de 23 ans a été condamné vendredi à quatre ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Colmar pour avoir provoqué volontairement un incendie qui avait détruit partiellement un ensemble d’immeubles dans le quartier historique de la ville.
L’incendie, dans la nuit du 22 au 23 mars 2011, n’avait pas fait de victime, mais de nombreux habitants avaient dû être évacués. Les dégâts matériels ont été estimés à un million d’euros dans cet îlot d’habitation de la « Petite Venise » de Colmar. 

 

Jérémy Remita, qui était récidiviste, a été maintenu en détention et devra se soumettre à un suivi socio-judiciaire pendant cinq ans. « J’ai fait un geste qui m’a coûté beaucoup », a-t-il dit durant l’audience, admettant une « bêtise » et un acte « irréfléchi ».
Le parquet avait requis à son encontre une peine de six ans ferme.
Les enquêteurs avaient retrouvé la trace de l’incendiaire en épluchant quelque 250 heures d’images de vidéosurveillance.

 

 

 

Eric Ciotti porte plainte après avoir reçu des menaces de mort

 

Publié le 25.05.2012, 14h30 | Mise à jour : 15h44

 
Le député et président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (UMP) a indiqué vendredi dans un communiqué avoir déposé plainte pour «menaces de mort et injures à caractère racial».

Le député et président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (UMP) a indiqué vendredi dans un communiqué avoir déposé plainte pour «menaces de mort et injures à caractère racial». |AFP

 
«Puisque tu approuves les thèses du Front national on va te détruire.» Le député UMP et membre de la droite populaire, Eric Ciotti, a indiqué ce vendredi dans un communiqué avoir déposé plainte pour «menaces de mort et injures à caractère racial» après avoir reçu une lettre anonyme lui reprochant d’approuver «les thèses du FN». 

 

En septembre 2011, le député UMP, qui a précisé n’avoir jusque là jamais reçu pareilles menaces, avait vu son site internet piraté et «truffé de propos antisémites». Il avait dû temporairement le fermer et avait déposé plainte contre X.

Ciotti : «Ces menaces s’inscrivent manifestement dans le contexte électoral»

Cette fois, la lettre dactylographiée comporte également le logo du FN, une croix gammée et un portrait de Mussolini. Des insultes racistes et homophobes et des références injurieuses aux origines italiennes du député y figurent également. «Puisque tu approuves les thèses du Front national on va te détruire, peut-on y lire. Crois nous tu vas avoir peur toi et ta famille (…) tu es un SS à ce titre aucun cadeau.»

Eric Ciotti a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République de Nice Eric Bedos. La plainte a été déposée dans la matinée, selon Me Gérard Baudoux, l’avocat du député UMP.

«Ces menaces s’inscrivent manifestement dans le contexte électoral», estime Eric Ciotti dans son communiqué. Mais «je ne me laisserai pas impressionner par de tels actes lâches et méprisables», assure le candidat aux élections législatives. «Je souhaite que le ou les auteurs de cette lettre odieuse soient identifiés rapidement et sanctionnés avec la plus grande fermeté», poursuit Ciotti.

 

LeParisien.fr 

Paris : un enfant de 3 ans porté disparu dans la Seine

 

Stéphane Sellami | Publié le 25.05.2012, 16h50 | Mise à jour : 16h58

 
ILUUSTRATION, Paris XIIIe. L'enfant a échappé à la vigilance de ses parents avant d'ouvrir une fenêtre de la péniche et de tomber à l'eau. 

ILUUSTRATION, Paris XIIIe. L’enfant a échappé à la vigilance de ses parents avant d’ouvrir une fenêtre de la péniche et de tomber à l’eau.  | (LP/Nicolas Fertin)

 
Un enfant de 3 ans qui se trouvait sur la péniche de ses parents a fait une chute dans la Seine, ce matin, 25 mai, vers 10 h 30 entre les ponts National et Tolbiac dans le XIIIe arrondissement. Aussitôt alertés, les policiers de la brigade fluviale ainsi que les plongeurs des sapeurs-pompiers de Paris ont effectués de multiples recherches. En vain. L’enfant n’a pas été retrouvé. 

 

Selon les premiers éléments de l’enquête, la petite victime est parvenue à ouvrir une porte de la péniche de ses parents, amarrée à quai depuis hier soir, avant de chuter accidentelement dans le fleuve. 

 

LeParisien.fr

Le Pen : les électeurs de Mélenchon sont « d’origine algérienne »

Créé le 25-05-2012 à 17h27 – Mis à jour à 17h49 

Marine Le Pen poursuit sa campagne pour les législatives à Hénin-Beaumont, tout en fustigeant l’électorat de son adversaire du Front de gauche.

 

Marine Le Pen, lors d'un déplacement sur un marché, près d'Hénin-Beaumont. BAZIZ CHIBANE/SIPA

Marine Le Pen, lors d’un déplacement sur un marché, près d’Hénin-Beaumont. BAZIZ CHIBANE/SIPA

 

Faire campagne sur le même marché sans se croiser : c’est l’exercice auquel se sont livrés vendredi 25 mai à Hénin-Beaumont les deux grands adversaires de la présidentielle, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui se retrouvent aux législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. 

« Il va me sauter à la gorge ? Me mordre le mollet ? ». Dans sa permanence de campagne, la présidente du Front national joue l’ironie en évoquant le leader du Front de gauche, venu la défier sur ses terres d’élection, une nouvelle fois au nom du combat contre l’extrême droite. 

« On s’évite, on s’évite pas… On va pas se frapper parce qu’on se croise. Je suis allé dans des endroits où elle ne peut pas aller. (…) Dans les usines, ils vont la découper en rondelles », lance Jean-Luc Mélenchon au milieu des étals, ajoutant que son adversaire « existe à travers des votes. Elle rentre dans les maisons des gens par la radio et la télé, pas par les militants ».

Chaque fois que quelqu’un vous dit ‘je vais voter Mélenchon’, c’est un Français d’origine algérienne » Marine Le Pen, à Hénin-Beaumont

Sur le marché, Marine Le Pen, déjà candidate ici en 2007, semble chez elle. « Bonjour Marine », « merci Marine », « allez Marine ». Flanquée de son suppléant Steeve Briois, qui laboure le terrain depuis des années, la présidente du FN distribue ses tracts sans aucune difficulté. 

Des femmes voilées lui marquent leur sympathie, ce qui ne l’empêchera pas de déclarer plus tard que « chaque fois que quelqu’un vous dit ‘je vais voter Mélenchon’, c’est un Français d’origine algérienne ».

Mélenchon, tape-à-l’oeil ?

Séverine, 34 ans, « n’accroche pas trop » au discours lepéniste sur l’immigration, mais « Marine », « je pense qu’elle peut apporter des bonnes choses sur l’emploi ou le pouvoir d’achat ». Ouvrière comme son mari, elle trouve que « de toute façon, ça ne peut pas être pire ». Et Mélenchon ? « Il est plutôt là pour faire du tape-à-l’oeil ».

Au passage de Marine Le Pen près de ses étals, Tarek lance à voix haute: « Melon marocain », « clémentine d’Algérie ». Lui aussi appelle « Marine » par son prénom, mais « quand elle parle, elle a toujours l’immigration, l’immigration, l’immigration, alors que les priorités, c’est le travail, le pouvoir d’achat ». 

Le candidat du Front de gauche accueilli par ses militants

Coïncidence ou pas, Jean-Luc Mélenchon est arrivé quand Marine Le Pen terminait le marché, à l’autre bout, écharpe rouge, oeillet rouge dans la poche de sa veste noire, accueilli par les « On lâche rien » de militants du Front de gauche.

Des riverains se bousculent pour saluer « Jean-Luc » ou prendre une photo, évoquer les mines, le communisme. D’autres demandent « c’est qui ? » ou passent leur chemin. « J’espère vous l’avoir collée, la maladie du rouge », s’exclame Jean-Luc Mélenchon, quand l’un d’entre eux refuse de lui serrer la main.

« Des gens sont contents de me voir, certains ne sont pas contents de me voir là, c’est la démocratie », résume-t-il, se disant « frappé » par la « gentillesse » des gens, alors que « peu d’endroits en France ont souffert comme ici ».

« Ce n’est pas parce qu’on souffre qu’on est voué à voter FN » 

« Si le Parti socialiste ne s’était pas écroulé dans les affaires, elle (Marine Le Pen) n’aurait pas pris pied ici. Ce n’est pas parce qu’on souffre qu’on est voué à voter Front national. On essaye de reprendre le terrain », poursuit le leader du Front de gauche, qui doit dépasser le candidat socialiste Philippe Kemel pour affronter la chef du FN au 2e tour.

« A Hénin, il y a personne qui est mieux que l’autre. M. Mélenchon parle bien fort, exprime bien ses idées. C’est lui qui va faire le trou », estime Mohammed Ferdi, invitant le chaland à acheter son « poulet Mélenchon ».

Sur son étal, trônent néanmoins des tracts de chaque parti.

 

Chérèque ne plaidera pas pour une « forte hausse » du Smic

Créé le 25-05-2012 à 16h50 – Mis à jour à 17h52

Le secrétaire général de la CFDT est convaincu qu’une telle mesure pèserait sur les petites entreprises.

Le numéro 1 de la CFDT préconise la mise en place d'aides pour les entreprises "qui font un déroulement de carrière" et augmentent progressivement les salaires. (CHESNOT/SIPA)
Le numéro 1 de la CFDT préconise la mise en place d’aides pour les entreprises « qui font un déroulement de carrière » et augmentent progressivement les salaires. (CHESNOT/SIPA)
Mots-clés : SmicFrançois ChérèquesocialCFDTretraitechômage
Le secrétaire général de le CFDT, François Chérèque, a indiqué vendredi 25 mais sur RMC qu’il ne plaiderait pas pour une « forte hausse » du Smic lors de la rencontre des syndicats avec le Premier ministre mardi 29 mai pour préparer la conférence sociale de juillet. Pour le syndicaliste, « l’économie est à l’arrêt » et une forte hausse du Smic pèserait surtout « sur les petites entreprises ».

François Chérèque a d’ores et déjà annoncé qu’il proposera à Jean-Marc Ayrault d’encourager « par des aides les entreprises qui font un déroulement de carrière » en augmentant progressivement les salaires, « au lieu d’aider les entreprises indistinctement sur les bas salaires ».

« Par exemple, si la métallurgie décide d’augmenter progressivement toute la grille de salaires, et bien on aide particulièrement cette branche », explique-t-il.

Blocage des loyers

François Chérèque proposera aussi mardi au Premier ministre « qu’on regarde le problème des dépenses » des salariés. Le numéro un de la CFDT plaidera ainsi pour le blocage des loyers dans certaines zones, comme l’Ile-de-France, ou la mise en place d’une participation des employeurs aux transports automobiles, avec un « chèque transport ».

« L’urgence, c’est de reparler du traitement social du chômage », estime François Chérèque, plaidant pour des emplois aidés pour les jeunes, qui ne soient pas des « voies de garage ». 

« Dans le rendez-vous que je vais avoir mardi, je dirai au Premier ministre que le problème de l’emploi est le plus urgent à traiter », assure-t-il, et se dit surtout inquiet « pour toutes les petites entreprises », celles « dont on ne parle pas » et où se concentre « la face non visible des difficultés ».

Retraite à 60 ans

Interrogé sur le retour annoncé à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler tôt, il estime que cela devrait notamment prendre en compte les périodes de service militaire, les congés maternité, les maladies dans la limite d’un an, mais pas le congé parental.

Il plaide aussi pour une réflexion sur « une convergence du public et du privé pour le calcul des retraites » et pour le rétablissement de l’Allocation équivalent retraite, qui bénéficiait aux seniors chômeurs ayant suffisamment cotisé pour la retraite sans en avoir l’âge légal.

 

Plus qu’une hausse du Smic, Chérèque veut une incitation à la hausse des salaires

 

Publié le 25.05.2012, 15h02

 
Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a indiqué vendredi qu'il allait proposer mardi au Premier ministre d'encourager par des aides les entreprises qui proposent

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a indiqué vendredi qu’il allait proposer mardi au Premier ministre d’encourager par des aides les entreprises qui proposent « un déroulement de carrière » en augmentant progressivement les salaires. | Alain Jocard

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a indiqué vendredi qu’il allait proposer mardi au Premier ministre d’encourager par des aides les entreprises qui proposent « un déroulement de carrière » en augmentant progressivement les salaires.
Jean-Marc Ayrault recevra mardi les organisations syndicales pour préparer la conférence sociale de juillet.
M. Chérèque a indiqué vendredi sur RMC qu’il ne plaiderait pas, lors de cette rencontre, pour une « forte hausse » du Smic, car « l’économie est à l’arrêt » et cela pèserait surtout « sur les petites entreprises ». 

 

« Au lieu d’aider les entreprises indistinctement sur les bas salaires », il a dit souhaiter qu' »on encourage par des aides les entreprises qui font un déroulement de carrière ».
« Par exemple, si la métallurgie décide d’augmenter progressivement toute la grille de salaires, et bien on aide particulièrement cette branche », a-t-il expliqué.
M. Chérèque proposera aussi mardi au Premier ministre « qu’on regarde le problème des dépenses » des salariés. Le numéro un de la CFDT plaidera ainsi pour le blocage des loyers dans certaines zones, comme l’Ile-de-France, ou la mise en place d’une participation des employeurs aux transports automobiles, avec un « chèque transport ».
« L’urgence, c’est de reparler du traitement social du chômage », a estimé M. Chérèque, plaidant pour des emplois aidés pour les jeunes, qui ne soient pas des « voies de garage ».
« Dans le rendez-vous que je vais avoir mardi, je dirai au Premier ministre que le problème de l’emploi est le plus urgent à traiter », a-t-il assuré, se disant surtout inquiet « pour toutes les petites entreprises », celles « dont on ne parle pas » et où se concentre « la face non visible des difficultés ».
Interrogé sur le retour annoncé à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler tôt, il a estimé que cela devrait notamment prendre en compte les périodes de service militaire, les congés maternité, les maladies dans la limite d’un an, mais pas le congé parental.
Il a aussi plaidé pour une réflexion sur « une convergence du public et du privé pour le calcul des retraites » et pour le rétablissement de l’Allocation équivalent retraite, qui bénéficiait aux seniors chômeurs ayant suffisamment cotisé pour la retraite sans en avoir l’âge légal.

 

Les auteurs du casse du siècle de l’Oise interpellés

 

David Livois | Publié le 25.05.2012, 15h12 | Mise à jour : 16h37

 
ILLUSTRATION. Le casse en juillet 2002 avait rapporté 9 millions d'euros. Les auteurs présumés viennent d'être arrêtés.

ILLUSTRATION. Le casse en juillet 2002 avait rapporté 9 millions d’euros. Les auteurs présumés viennent d’être arrêtés. | LPC’est sans doute l’une des plus belles affaires de la police judiciaire (PJ) de Creil (Oise). En début de semaine, les enquêteurs de la PJ soutenus par la BRI nationale ont interpellé dix hommes de la communauté des gens du voyage à Montreuil, Bondy (93) et dans la région de Roissy-en-France (95). 

Les dix individus sont soupçonnés d’avoir pris part au spectaculaire casse de Valiance, une société de convoyage de fonds, le 5 juillet 2002, à Beauvais. 

 

Après avoir fait voler en éclats le mur de la salle des coffres à l’aide d’explosifs, le commando s’était emparé d’environ neuf millions d’euros. 

Parfaitement renseignés et très bien organisés, les malfaiteurs avaient pris la fuite à bord de deux puissantes berlines en direction de Paris, via l’autoroute A16. La BMW et L’Audi A4 qui avaient servi à ce hold-up historique avaient été retrouvées incendiées, dès le lendemain des faits, à Villiers-Adam, dans le Val-d’Oise.

 

LeParisien.fr

En passant

Publié le 25.05.2012, 15h58

Un enfant de sept ans est mort à 12h30 en tombant du 6e étage de son immeuble d’habitation à Athis-Mons. Selon les premiers élements de l’enquête, l’enfant serait tombé en regardant par la fenêtre. Il est décédé sur le coup.

LeParisien.fr

Athis-Mons : un enfant se tue en tombant du 6e

Le pronostic vital des démineurs blessés dans le Vaucluse n’est plus engagé

 

Publié le 25.05.2012, 11h20

 
Le pronostic vital des deux démineurs de la Sécurité civile, hospitalisés à Marseille après avoir été grièvement blessés mercredi par l’explosion d’une charge dans le Vaucluse, n’était plus engagé vendredi, selon l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM).
« Hier (jeudi, ndlr) leur état était stationnaire mais il y a eu une bonne évolution depuis et leur état n’inspire plus d’inquiétude », a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’AP-HM. 

 

Les deux hommes de la Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC), âgés de 49 et 50 ans et basés au centre de déminage de Marseille, intervenaient sur une opération de destruction de matières explosives et de détonateurs dans une carrière à Oppède (Vaucluse) quand l’accident s’est produit, mardi vers 11H30, pour une raison indéterminée.
La Sécurité civile compte quelque 300 démineurs, répartis dans 20 centres en France, chargés de la détection et de l’enlèvement ou de la destruction d’objets suspects, explosifs, munitions anciennes, etc. Ils sont aussi sollicités lors des voyages officiels ou de grandes manifestations populaires.

 

 

 

Oise : dix ans de prison pour le dealeur international en cavale

 

P.Co. | Publié le 25.05.2012, 11h04

 

BEAUVAIS, LE 18 NOVEMBRE 2008. Un groupe d’hommes cagoulés et armés avait utilisé trois véhicules, dont cette Mini, pour faire évader Mohammed Benabdelhak  (à gauche). Hier, il a été condamné par défaut à dix ans de prison.

BEAUVAIS, LE 18 NOVEMBRE 2008. Un groupe d’hommes cagoulés et armés avait utilisé trois véhicules, dont cette Mini, pour faire évader Mohammed Benabdelhak (à gauche). Hier, il a été condamné par défaut à dix ans de prison. | (LP/D. LIVOIS ET DR.)Son évasion spectaculaire menée par un commando armé en novembre 2008 à la sortie de Beauvais (Oise) avait marqué les esprits. Hier, Mohammed Benabdelhak, 32 ans, a été condamné par défaut à dix ans de prison par le tribunal correctionnel de Beauvais pour des faits de trafic de stupéfiants et de participation à une association de malfaiteurs. 

 

« Nous avons suffisamment d’éléments pour dire que Mohammed Benabdelhak est le patron d’un des plus importants réseaux de trafic de stupéfiants de l’Oise. Un réseau international », a martelé le procureur devant une salle d’audience vide. Car le prévenu, cerveau de « l’affaire de Ravenel », a brillé par son absence.
Tout commence le 29 avril 2008 à Ravenel, dans le nord du département. Ce jour-là, les gendarmes découvrent 580 kg de résine de cannabis dans un pavillon. Rapidement, Benabdelhak apparaît comme la tête pensante du réseau. Il sera interpellé lors d’un contrôle routier à Langres (Haute-Marne), en septembre de la même année. 

Localisé en Allemagne

Le 18 novembre 2008, le Creillois, alors incarcéré à la prison de Loos-lez-Lille (Nord), doit être auditionné par la juge d’instruction de Beauvais dans le cadre de cette affaire. La voiture de la gendarmerie qui l’amène au tribunal circule route d’Amiens, à l’entrée nord de la ville. Soudain, une Mini Cooper la percute à l’arrière et l’envoie dans le parapet. En sort un commando de six hommes cagoulés et armés de kalachnikov qui braquent les gendarmes et sortent le détenu du fourgon. Le commando met le feu à la Mini avant de prendre la fuite à bord de deux autres voitures, avec le chef du réseau. 
Le plan Epervier est déclenché. Deux cents gendarmes sont mobilisés. Le commando sera localisé quelques jours plus tard dans un hôtel de Rhénanie-Westphalie, en Allemagne. Mais la chance sourit à Benabdelhak. C’est au moment où il sort s’acheter des cigarettes que la police fédérale allemande donnera l’assaut. Six hommes du commando sont interpellés, mais le caïd creillois parvient à prendre la fuite. Une cavale qui durera plusieurs années. On retrouve sa trace au Maroc, où il est interpellé. Pour la première fois, il reconnaîtra avoir participé à un trafic de stupéfiants et il racontera son évasion « hollywoodienne », selon ses propres termes. Mis en examen et placé en détention préventive au Maroc, il est finalement libéré. Il aurait récemment été aperçu en Espagne.
Ses dix coaccusés ont été jugés en décembre 2010 dans le cadre de l’affaire de Ravenel dans laquelle 1525 kg de résine de cannabis avaient été stockés entre l’été 2007 et le printemps 2008. La présidente du tribunal avait alors décidé de disjoindre son cas pour le juger à une date ultérieure. 
Hier, en plus de la peine de prison par défaut, le tribunal a prononcé à son encontre une interdiction définitive de circuler sur le territoire français. Elle l’a aussi condamné à 20 000 € d’amende et a délivré un mandat d’arrêt international.

 

Le Parisien

Loi sur le harcèlement sexuel : elle porte plainte

 

Scandalisée par l’abrogation de la loi pénalisant le harcèlement sexuel, Marie-Ange Le Boulaire, dépose plainte contre le Conseil constitutionnel pour trouble à l’ordre public et mise en danger des victimes.

Propos recueillis par Arnaud Baur | Publié le 25.05.2012, 08h12

 

TAVERNY, HIER. Marie-Ange Le Boulaire, adjointe au maire de Saint-Leu-la-Forêt et présidente de l’Association nationale pour la reconnaissance des victimes, présente la plainte qu’elle a déposée contre le Conseil constitutionnel, qui vient d’abroger la loi contre le harcèlement sexuel.

TAVERNY, HIER. Marie-Ange Le Boulaire, adjointe au maire de Saint-Leu-la-Forêt et présidente de l’Association nationale pour la reconnaissance des victimes, présente la plainte qu’elle a déposée contre le Conseil constitutionnel, qui vient d’abroger la loi contre le harcèlement sexuel. Derrière son sourire, Marie-Ange Le Boulaire laisse transparaître une vraie détermination. Cette femme dynamique, âgée de 41 ans, maman de deux enfants de 7 et 9 ans, une fille et un garçon, est réalisatrice, journaliste et écrivaine. Elle est également adjointe au maire à l’éducation et au scolaire à Saint-Leu-la-Forêt, où elle habite. 

 

En 1994, alors âgée de 26 ans, elle fut l’une des victimes de Patrick Trémeau, violeur en série multirécidiviste. Un traumatisme qu’elle a su transformer après huit années de reconstruction en « quelque chose de positif ». En parallèle à son métier de réalisatrice, cette élégante brune écrit alors un livre autobiographique (« le Viol », Flammarion, 2002) et réalise une série de trois documentaires pour « Envoyé spécial » (France 2) sur les victimes de viol. Elle devient formatrice auprès de la PJ et de la gendarmerie sur l’accueil et l’audition des victimes et crée l’Association nationale pour la reconnaissance des victimes dont elle est présidente. Elle est également vice-présidente de l’Association des élu(e)s contre les violences faites aux femmes. Hier après-midi, nous l’avons retrouvée à la sortie du commissariat de Taverny, où elle continue son combat, cette fois après l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel. Une démarche symbolique pour une plainte réelle.

Que venez-vous de faire au commissariat?
MARIE-ANGE LE BOULAIRE. 
Je viens de déposer une plainte au nom de mon association contre le Conseil constitutionnel pour trouble à l’ordre public et mise en danger des personnes victimes de harcèlement sexuel.

Pourquoi une telle plainte?
Libre aux harceleurs de harceler en toute impunité? C’est le message que le Conseil constitutionnel, constitué de huit hommes et deux femmes, vient de faire passer avec la suppression de cette loi. Ce n’est déjà pas évident d’aller déposer plainte lorsque l’on est victime d’un tel acte. Il faut beaucoup de courage. Et là, on leur dit : « Non, on ne peut pas vous recevoir. » C’est un vide juridique inquiétant. Il faut soutenir les victimes.

Qu’espérez-vous?
Nous attendons déjà la réponse du parquet, à savoir s’il va recevoir la plainte ou la classer. Vous savez, je suis une résiliente qui met à profit sa force pour aider les autres et faire avancer la cause des victimes. Nous espérons simplement une nouvelle loi dans les semaines qui viennent. Mais pas n’importe laquelle. Il ne s’agit pas de se précipiter comme certains le font actuellement. Il faudrait que les associations soient un peu plus entendues par les parlementaires pour faire quelque chose de solide.

Que comptez-vous faire alors?
En tant qu’adjointe au maire à Saint-Leu-la-Forêt, je proposerai tout d’abord une motion demandant le vote d’une nouvelle loi au prochain conseil municipal, le 27 juin. Nous allons ensuite, avec Marilyn Baldeck, la déléguée générale de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), confier au sénateur-maire de Franconville, Francis Delattre, une proposition de loi afin qu’il puisse la déposer. Celle-ci a déjà été travaillée et rédigée. Il faut rétablir d’urgence la sécurité juridique.

 

Le Parisien

Un animateur soupçonné d’attouchements

 

Un jeune homme a été mis en examen pour des agressions sexuelles sur des enfants de 4 ans dans une école de Saint-Maur. Deux réunions ont immédiatement été organisées.

ELSA MARNETTE ( (avec J.S. et F.H.) | Publié le 25.05.2012, 08h10

 

Saint-Maur-des-Fossés, hier. Plusieurs plaintes ont été déposées par des parents d’élèves de l’école maternelle des Tilleuls. Un animateur, un jeune homme d’une vingtaine d’années, aurait agressé sexuellement des enfants de petite section.

Saint-Maur-des-Fossés, hier. Plusieurs plaintes ont été déposées par des parents d’élèves de l’école maternelle des Tilleuls. Un animateur, un jeune homme d’une vingtaine d’années, aurait agressé sexuellement des enfants de petite section. | (LP/E.M.)«J’ai questionné mon fils sur d’éventuels attouchements, il m’a regardé avec de grands yeux. Je n’ai pas insisté, mais ça m’a rassurée. » Comme cette maman, de nombreux parents d’élèves de l’école maternelle des Tilleuls, à Saint-Maur, ont timidement questionné leurs enfants sur ce qu’il se passait lors de la garderie du soir. 

 

Le 9 mai dernier, un animateur de l’établissement a été suspendu de ses fonctions après qu’un père a déposé plainte contre lui. Sa fille de 4 ans, élève de petite section, lui avait raconté que le jeune homme, âgé d’une vingtaine d’années, lui avait touché le sexe. Après ce premier témoignage, d’autres ont suivi. Autotal, cinq victimes, toutes nées en 2008, ont été identifiées par le parquet de Créteil, qui a ouvert une information judiciaire pour « agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans par personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions ». L’employé municipal, inconnu des services de police, a été placé sous contrôle judiciaire la semaine dernière. Il a obligation de soins, interdiction de rester dans le Val-de-Marne et d’exercer une activité avec des enfants. « L’information judiciaire doit permettre de voir s’il y a suffisamment d’éléments pour l’envoyer devant la justice », précise-t-on au parquet.

A l’évocation de l’affaire, hier, un petit groupe d’adultes se réfugie à l’intérieur du paisible établissement de brique rouge. Pas envie de parler. D’autres, au contraire, partent en quête de précisions. « Apparemment, il y a eu plusieurs cas », s’inquiète ce père de famille. Une maman l’a appris au détour d’une parole d’enfant : « Ce matin, une petite fille m’a dit qu’elle ne voyait plus son animateur préféré au centre de loisirs. » Le jeune homme travaillait également à la cantine de l’école élémentaire de l’Est et au centre de loisirs le mercredi. Il avait été recruté il y a trois ans par le service périscolaire de la mairie, où 400 employés travaillent avec les enfants. « Il donnait toute satisfaction et était apprécié », indique le député-maire (UMP), Henri Plagnol. Avec l’inspection académique, ce dernier a rapidement organisé deux réunions pour les écoles concernées. « La principale demande des parents, c’est : Dois-je en parler à mon enfant et comment le faire ? Mais je n’ai pas constaté de psychose. En revanche, ses collègues sont sous le choc, ils craignent d’être la cible de soupçons. » Crainte partagée par une maman d’élève, par ailleurs enseignante : « On a vite fait de coller une étiquette et de couler quelqu’un. » Une autre réunion, en présence de trois psychologues, doit se tenir mardi prochain à l’hôtel de ville de Saint-Maur.

 

Le Parisien

Massy sous tension après la mort d’un jeune en moto

 

Une quarantaine de personnes ont incendié des poubelles et cassé des voitures mercredi soir. A l’origine de ces troubles : la mort de Mohamed et une rumeur qui renvoie la faute sur la police.

cédric saint-denis | Publié le 25.05.2012, 07h30

 

MASSY, MERCREDI. « Ça sentait le plastique brûlé. Je suis sorti dehors. Un véhicule avait été retourné avenue de France », raconte un habitant du quartier. Il n’y a cependant pas eu de blessés ni d’interpellations à la suite des échauffourées.

MASSY, MERCREDI. « Ça sentait le plastique brûlé. Je suis sorti dehors. Un véhicule avait été retourné avenue de France », raconte un habitant du quartier. Il n’y a cependant pas eu de blessés ni d’interpellations à la suite des échauffourées. | (DR.)

 
Le quartier des Grands-Ensembles restait hier soir sous haute surveillance policière après les échauffourées qui ont éclaté la veille entre jeunes et forces de l’ordre. Dans la nuit de mercredi à hier, une quarantaine d’individus sont descendus dans les rues du quartier Opéra pour manifester leur colère envers la police. Une rumeur dans la commune s’était propagée toute la journée : elle attribuait la mort à une prétendue course-poursuite avec la police. 

 

Le jeune homme roulait sans casque sur une moto volée.

« Vers 22h30 (mercredi), nous avons commencé à entendre des cris dans les rues, témoigne un habitant du quartier. Ça sentait le plastique brûlé. Je suis sorti dehors. Un véhicule avait été retourné avenue de France. » S’il n’y a eu aucun blessé et aucune interpellation, il a fallu une soixantaine de policiers, dont une trentaine de CRS, pour disperser les fauteurs de troubles. « C’était terrible, s’exclame une mère de famille, riveraine de la rue d’Alger. Les jeunes étaient cagoulés et en rage. » « C’était une vraie guerre civile, confirme un autre habitant. Les gens hurlaient aux fenêtres. Les jeunes ont incendié des encombrants qui se trouvaient sur le trottoir. » Des vitres d’une vingtaine de voitures ont également été brisées.

Ces violences font suite à l’accident de la route qui a coûté la vie dans la nuit de mardi à mercredi à Mohamed H., 24 ans et habitant d’Antony (Hauts-de-Seine), qui a sérieusement blessé son passager, un jeune de 19 ans originaire de Massy. Celui-ci était toujours hier dans un état grave. Hier également, les familles des deux victimes ont été reçues au commissariat de Massy. « Nous leur avons proposé de leur faire écouter les bandes audio de la police pour leur prouver qu’aucune de nos équipes n’avait poursuivi la moto. Elles étaient toutes en intervention au moment des faits. Nous sommes arrivés après les pompiers », explique une source policière.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le drame a eu lieu vers 2 heures dans la rue de Vilgénis, dans le quartier de Vilaine. Mohamed, qui est décédé dans l’ambulance pendant son transport à l’hôpital de Longjumeau, présentait un taux de 1,08 g d’alcool dans le sang et avait consommé du cannabis. Il roulait sans casque, comme son passager, et sans permis. Connu des forces de police, il venait de dérober la moto qu’il conduisait, une 750 cm3, dans une petite commune située à quelques kilomètres de l’accident. Le puissant véhicule, qui roulait à haute vitesse, a été retrouvé à une quarantaine de mètres du point d’impact.

 

Le Parisien

Essonne : nouvelles échauffourées à Massy

Publié le 25.05.2012, 07h12 | Mise à jour : 11h04

ARCHIVES : Mercredi soir, des détritus qui se trouvaient sur le trottoir avaient été incendiés. Plus tard, une voiture a été retournée et des affrontements ont eu lieu.

ARCHIVES : Mercredi soir, des détritus qui se trouvaient sur le trottoir avaient été incendiés. Plus tard, une voiture a été retournée et des affrontements ont eu lieu. | (DR.)

De nouvelles échauffourées ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre les forces de l’ordre et de jeunes habitants de Massy (Essonne), après la mort accidentelle mercredi d’un jeune homme, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Des jeunes ont lancé des feux d’artifice en direction des forces de l’ordre déployées sur place, qui les ont dispersés à l’aide de gaz lacrymogènes, a expliqué Claude Fleutiaux, directeur de cabinet du préfet de l’Essonne.

«Il n’y a pas eu d’affrontement durable», a-t-il précisé.

Selon cette source, il n’y avait ni blessés, ni dégâts, et la police n’avait procédé à aucune interpellation. Une autre source proche de l’enquête a indiqué que le calme est revenu vers 1 heure.

Mercredi soir, des détritus qui se trouvaient sur le trottoir avaient été incendiés. Plus tard, une voiture a été retournée et des affrontements ont eu lieu. Des encombrants, qui avaient été déposés sur le trottoir, ont été placés sur la route. Des vitres ont été brisées sur une vingtaine de véhicules. Il n’y avait eu ni blessés ni interpellations.

Le jeune de 24 ans a perdu le contrôle de sa moto

Ces violences font suite à la mort d’un jeune garçon, dans la nuit de mardi à mercredi, alors qu’il circulait sur une moto volée. Des rumeurs mettent en cause la police. Le jeune homme décédé, âgé de 24 ans, était originaire de la ville voisine d’Antony (Hauts-de-Seine). Il aurait perdu le contrôle de la moto, qu’il venait de dérober lors d’un cambriolage à Vauhallan (Essonne), et qu’il conduisait à très vive allure. Il ne portait pas de casque et ne détenait aucun permis de conduire. Selon les premiers éléments de l’enquête, la moto a été retrouvée à une quarantaine de mètres du point d’impact.

Connu des services de police, ce jeune homme présentait un taux de 1,08 g d’alcool dans le sang, et avait consommé du cannabis, selon cette même source. Un autre jeune homme, âgé de 19 ans, originaire de Massy, et qui se trouvait avec lui sur la moto, a été grièvement blessé. Il a été transporté à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Une source proche de l’enquête avait indiqué mercredi soir que les forces de l’ordre sont arrivées sur place après les faits, appelées par un témoin.

LeParisien.fr 

Les accusés du 11-Septembre veulent qu’Obama et Bush témoignent

 

Publié le 24.05.2012, 21h07

Les avocats des accusés du 11-Septembre ont demandé que huit hauts responsables américains, dont Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush, témoignent devant le tribunal, estimant que leurs propos

Les avocats des accusés du 11-Septembre ont demandé que huit hauts responsables américains, dont Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush, témoignent devant le tribunal, estimant que leurs propos « incendiaires » depuis 10 ans ont pu affecter l’équité du procès. | Justin LaneLes avocats des accusés du 11-Septembre ont demandé que huit hauts responsables américains, dont Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush, témoignent devant le tribunal, estimant que leurs propos « incendiaires » depuis 10 ans ont pu affecter l’équité du procès.

Dans un document rendu public jeudi sur le site internet des tribunaux militaires, les avocats de trois des cinq accusés appellent huit hauts responsables à faire une déposition lors des débats, une demande qu’a d’ores et déjà refusé l’accusation. 

 

Ils estiment que « la diffusion de déclarations incendiaires de responsables politiques au cours des dix dernières années a créé une influence illégale » susceptible d’affecter l’équité du procès, selon ce document.
Les noms de Barack Obama, George W. Bush et de l’actuel vice-président Joe Biden figurent dans un recours qui vise à faire tomber les charges contre les accusés. « Un abandon des charges est le seul traitement » possible face à ces déclarations d' »influence illégale », peut-on lire dans ce document.
Mais l’accusation s’est déjà opposée à ces témoignages, a précisé dans un communiqué Walter Ruiz, l’avocat du Saoudien Moustapha al-Houssaoui.
Il déplore que, dans la justice militaire, par opposition à la justice de droit commun, les procureurs « contrôlent l’accès des témoins à Guantanamo et décident quels témoins fournir à la défense ».
Me Ruiz a indiqué qu’il allait déposer un recours pour que le juge militaire « impose la déposition de huit témoins » lors d’une audience préliminaire prévue en juin ou par écrit.
« Au cours des 10 dernières années, à travers les administrations de deux présidents, ces accusés ont constamment été décrits comme des +voyous+, des +meurtriers+ et des +terroristes+ qui ont +planifié les attentats du 11-Septembre+ », assurent les avocats.
« Le public peut aisément en conclure que ce système de tribunaux militaires d’exception n’existe que dans l’objectif d’imposer la peine de mort à ces accusés », ajoutent-ils.
Les avocats signataires demandent aussi le témoignage du ministre de la Justice Eric Holder, du responsable juridique du Pentagone Jeh Johnson, du sénateur Lindsay Graham mais aussi de la plus haute autorité des tribunaux militaires d’exception Bruce McDonald et du procureur en chef à Guantanamo Mark Martins.
« La loi sur les tribunaux militaires interdit explicitement à toute personne d’exercer illégalement une influence ou une contrainte sur l’action d’une commission militaire », rappellent les avocats.
Le président Obama avait entre autres déclaré à propos du cerveau autoproclamé du 11-Septembre Khaled Cheikh Mohammed: « Je ne pense pas que cela sera choquant du tout quand il sera condamné et que la peine de mort lui sera infligée ».
George W. Bush l’avait décrit comme « le plus grand meurtrier du réseau d’Al-Qaïda » tandis que Joe Biden s’était dit « absolument convaincu qu’il serait écarté pour un très, très long moment ».
Cinq hommes ont été formellement accusés, le 5 mai à Guantanamo, du meurtre de 2.976 personnes lors des attentats du 11 septembre 2001 et encourent la peine capitale.

 

Mantes-la-Jolie : un policier soupçonné d’avoir violé une femme au commissariat

 

JULIEN CONSTANT | Publié le 24.05.2012, 21h01 | Mise à jour : 21h05

 
Illustration. Commissariat de Mantes-la-Jolie.

Illustration. Commissariat de Mantes-la-Jolie. | (LP/GHERDANE Mehdi)Un brigadier de police de 38 ans a été mis en examen pour viol, jeudi après midi au palais dejustice de Versailles (Yvelines) avant d’être écroué. La justice le soupçonne d’avoir violé dans la nuit du 16 au 17 mai dans l’enceinte du commissariat de Mantes-la-Jolie, une femme de 45 ans retenue en cellule de dégrisement après avoir été interpellé en état «d’ivresse manifeste sur la voie publique». 

 

Cette nuit-là à Mantes-la-Jolie, la victime franchement ivre, vocifère dans les parties communes dès son immeuble. La police intervient et la quadragénaire est conduite au commissariat où elle est placée en cellule de dégrisement. «Cette femme était déjà dépressive depuis des années, précise une source proche de l’affaire. Elle était déjà dans une situation de vulnérabilité.». 

Une plainte est déposée dans la foulée et le procureur de Versailles saisit l’inspection générale des services (IGPN) qui arrive au commissariat lundi matin. Le policier suspect est placé en garde à vue mardi et au cours des auditions, il reconnaît avoir partagé un rapport sexuel avec la victime. Mais il soutient qu’elle était consentante. La direction départementale de la sécurité publique des Yvelines tient à souligner que «dès que l’affaire a été connue, tout a été mis en oeuvre pour faire toute la lumière sur cette affaire ».

 

LeParisien.fr

La « guerre de succession » à l’UMP « profitable au FN », selon Le Pen

 

Publié le 24.05.2012, 20h55

Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, pour lequel le parti

Le président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, pour lequel le parti « ne changera pas de nom », a estimé jeudi à Agen que « la guerre de succession à l’UMP » et les « règlements de compte » pouvaient être « tout à fait profitables » au FN. | Boris HorvatLe président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, pour lequel le parti « ne changera pas de nom », a estimé jeudi à Agen que « la guerre de succession à l’UMP » et les « règlements de compte » pouvaient être « tout à fait profitables » au FN.

« La bataille entre Copé, Fillon et quelques autres nous distraira », s’est d’abord amusé M. Le Pen qui dit prendre « la guerre de succession à l’UMP avec le sourire ». 

 

Selon le président d’honneur du parti frontiste, « l’UMP a perdu son principe de cohésion qui était Sarkozy et nous allons assister maintenant à des règlements de compte qui peuvent être tout à fait profitables au Front National ».
Par ailleurs, M. Le Pen a affirmé que « tant que je serai vivant, le Front national ne changera pas de nom », en référence à cette proposition faite par Me Gilbert Collard qui présidait le comité de soutien à Marien Le Pen durant la présidentielle.
« Ceux qui souhaitent le changement de nom ne font pas parti du Front national », a-t-il dit en allusion à l’avocat, « et ceux qui en font partie sont ultra-minoritaires ».
« Si Louis Aliot » le numéro 2 du FN et époux de sa fille, Marine, « souhaite le changement de nom il est ultra-minoritaire », a-t-il répété.
M. Le Pen s’exprimait en marge d’une réunion de soutien à Agen aux trois candidats du Front national aux législatives dans le Lot-et-Garonne, département d’Aquitaine où Marine Le Pen a enregistré le meilleur score à la présidentielle (21,41%).
Pour protester contre la venue du leader frontiste, une manifestation réunissant 150 personnes selon la police et 200 selon les organisateurs s’est tenue sans incident.

 

Duflot, malmenée par des mal-logés : «On ne peut pas tout changer en sept jours !»

 

Publié le 24.05.2012, 20h55 | Mise à jour : 22h34

 
«Il faut des logements maintenant !». Cécile Duflot a été accueillie jeudi par une manifestation de mal-logés à son arrivée à une réunion publique dans le XIe arrondissement de Paris.

«Il faut des logements maintenant !». Cécile Duflot a été accueillie jeudi par une manifestation de mal-logés à son arrivée à une réunion publique dans le XIe arrondissement de Paris. | AFP/Lionel Bonaventure

 

Une arrivée mouvementée. Cécile Duflot, la nouvelle ministre du Logement, a été accueillie jeudi par une manifestation de mal-logés à son arrivée à une réunion publique dans le XIe arrondissement de Paris où elle est candidate aux législatives. 

 

 

Une cinquantaine de «mal-logés en colère» dont plusieurs familles d’origine africaine, l’attendaient devant une école élémentaire de l’avenue de la République, chantant «solidarité avec les mal-logés» et tapant sur des boites de lait pour bébés. 

«On ne va pas attendre des mois et des mois le changement, il faut des logements maintenant !» 

Une de leurs représentantes l’a interpellée: «On ne va pas attendre des mois et des mois le changement, il faut des logements maintenant !» Cécile Duflot a alors répondu que «ça fait exactement une semaine» que le gouvernement est en place, alors «à moins d’être très fort, «on ne peut pas tout changer en sept jours !»

La ministre a proposé aux familles d’être reçues au ministère «dans un cadre plus tranquille» pour «discuter cartes sur table», assurant «être déterminée» dans ses nouvelles fonctions.

«On doit être des alliés», leur a-t-elle dit, appelant à ne pas se mettre «dans des situations de confrontation». «La question de la prévention des expulsions est très importante pour moi» et on a «la volonté de construire beaucoup plus de logements sociaux», a souligné la candidate EELV sur la 6e circonscription de Paris, à cheval entre XIe et XXe arrondissements.

 

LeParisien.fr 

L’euro reste en mauvaise posture après le sommet européen

 

Publié le 24.05.2012, 20h12

 
L'euro restait en mauvaise posture jeudi, à des niveaux de faiblesse inédits depuis près de deux ans face au dollar, dans un marché toujours hanté par le spectre d'une sortie de la Grèce de la zone euro et guère rassuré par le sommet européen de la veille.

L’euro restait en mauvaise posture jeudi, à des niveaux de faiblesse inédits depuis près de deux ans face au dollar, dans un marché toujours hanté par le spectre d’une sortie de la Grèce de la zone euro et guère rassuré par le sommet européen de la veille. | Philippe Huguen

 
L’euro restait en mauvaise posture jeudi, à des niveaux de faiblesse inédits depuis près de deux ans face au dollar, dans un marché toujours hanté par le spectre d’une sortie de la Grèce de la zone euro et guère rassuré par le sommet européen de la veille.
Après sa dégringolade de la veille, la monnaie unique européenne a glissé jusqu’à 1,2516 dollar jeudi vers 08H00 GMT, son plus bas niveau depuis début juillet 2010, avant de limiter ses pertes et de se stabiliser en fin de matinée.

 

Vers 17H45 GMT l’euro s’échangeait à 1,2534 dollar.
Le sommet européen de mercredi soir « a été une véritable déception », car aucune nouvelle mesure pour la croissance n’a été esquissée, « et l’Allemagne apparaît encore très loin de soutenir une solidarité budgétaire accrue » au sein de la zone euro, a observé Steen Jakobsen, économiste chez SaxoBank.
Réunis à Bruxelles, les dirigeants de l’Union européenne ont envoyé aux yeux des marchés un message de division, le président français François Hollande s’opposant notamment à la chancelière allemande Angela Merkel sur la question des euro-obligations.
Selon M. Jakobsen, « on a l’impression que ce sommet était simplement une mise à jour du profil Facebook de l’Union européenne: voici le nouveau président français, un chic type, voici les photos… », mais sans mesures concrètes « alors que les artifices pour gagner du temps s’épuisent ».
Les participants se sont certes entendus pour réaffirmer leur soutien à l’adhésion de la Grèce à l’euro aussi longtemps qu’Athènes maintiendra ses engagements de réformes structurelles. Mais pas de quoi convaincre les investisseurs.
« Ces propos largement attendus ne sont pas exactement rassurants, puisqu’il est probable que de telles déclarations seront faites jusqu’à la veille d’une sortie effective de la Grèce » de l’euro, ont ironisé les analystes de Commerzbank.
« On a eu les platitudes habituelles, les claques dans le dos (…) mais les vraies décisions sur les euro-obligations ou un pare-feu renforcé de la zone euro ont été repoussés au prochain sommet européen fin juin… or, à ce moment-là, il sera peut-être trop tard », a renchéri Simon Denham, directeur de la maison de courtage Capital Spreads.
Le marché est suspendu au nouveau scrutin législatif prévu en Grèce le 17 juin, redoutant une nouvelle poussée des partis anti-austérité qui pourrait précipiter une sortie du pays de l’Union monétaire.
Pour les cambistes, il s’agit du pire scénario, l’onde de choc pouvant se propager à d’autres pays en difficulté, au premier rang desquels l’Espagne, minée par les fragilités de son système bancaire.
Cependant, « même si la Grèce reste dans l’euro, elle demeurera une source de perturbations majeure (…) et l’Espagne, de son côté, continuera de poser une menace en soi à la cohérence de la zone euro », a observé Jane Foley, analyste de Rabobank.
Les indicateurs macroéconomiques maussades publiés jeudi ont contribué à accentuer encore davantage la pression sur le marché.
L’activité du secteur privé a ainsi enregistré une forte contraction en mai dans la zone euro et le moral des investisseurs allemands a chuté le même mois, tandis que le Royaume-Uni confirmait son retour en récession avec une contraction plus marqué que prévu de son économie au premier trimestre de l’année.
Dans ce contexte, les investisseurs plébiscitaient les actifs jugés les plus sûrs, tel le dollar ou le yen, grimpé à son plus haut niveau en 4 mois face à l’euro, mais aussi les obligations allemandes, dont le rendement est tombé jeudi à un nouveau plus bas historique.

 

L’entrée en Bourse de Facebook illustre les inégalités entre investisseurs

 

Publié le 24.05.2012, 20h03

 
L'entrée en Bourse controversée de Facebook met en lumière l'inégalité inhérente sur les marchés financiers entre M. Tout-le-monde et les gros investisseurs, qui ont un accès direct aux dirigeants des entreprises et aux avis des analystes des grandes banques.

L’entrée en Bourse controversée de Facebook met en lumière l’inégalité inhérente sur les marchés financiers entre M. Tout-le-monde et les gros investisseurs, qui ont un accès direct aux dirigeants des entreprises et aux avis des analystes des grandes banques. | Karen Bleier

L’entrée en Bourse controversée de Facebook met en lumière l’inégalité inhérente sur les marchés financiers entre M. Tout-le-monde et les gros investisseurs, qui ont un accès direct aux dirigeants des entreprises et aux avis des analystes des grandes banques.
Les banques en charge de l’introduction en Bourse du géant des réseaux sociaux, en tête desquelles Morgan Stanley, Goldman Sachs et JPMorgan Chase, ont appelé leurs gros clients dans les jours précédant l’opération, la plus attendue de l’année. 

 

Elles ont attiré leur attention sur des perspectives moins belles qu’espéré du site internet aux 900 millions de membres.
Facebook venait de modifier son prospectus d’entrée en Bourse (S1), soulignant que ses revenus continuaient à progresser moins rapidement que le nombre de ses membres et exprimait des incertitudes sur sa capacité à gagner de l’argent sur les appareils mobiles.
Le groupe avait déjà communiqué sur ces deux points mais le langage employé dans ce nouveau document a poussé les analystes des grandes banques à modifier leur anticipation de résultat pour Facebook.
« Est-ce que les petits investisseurs sont laissés derrière? Absolument, ça a toujours été le cas », indique à l’AFP une source proche d’un régulateur. « C’est un peu comme une compagnie aérienne qui offre des tickets gratuits à ses gros clients ».
« Les prospectus boursiers sont là pour tout le monde, tout le monde essaie de les analyser. Si un investisseur moyen n’a pas su interpréter le S1 (de Facebook), alors c’est pareil pour tous les autres prospectus et documents boursiers publiés chaque jour par les autres entreprises », ajoute cette source ayant requis l’anonymat.
En revanche, « si des informations substantielles ont été données qui n’étaient pas contenues dans ces documents publics, alors là c’est une infraction sérieuse », conclut cette source.
Les banques qui pilotent les entrées en Bourse ou opérations de fusions-acquisitions ne sont pas autorisées à publier des notes d’analyse peu avant le jour J pour éviter les conflits d’intérêt. En revanche, elles sont autorisées à parler à leurs clients par téléphone pendant les tournées de promotion d’une entrée en Bourse (« road show »).
« Alors que les analystes avaient changé d’avis sur (Facebook), ils ont envoyé un mémo mis à jour avec ces nouvelles opinions aux équipes de notre division de gestion de fortune », qui ont ensuite appelé leurs clients, a ainsi expliqué à l’AFP une source bancaire informée de ces activités.
Outre des appels ciblés, les gros investisseurs sont également invités à des présentations privées organisées par les banques, au cours desquelles ils rencontrent les équipes dirigeantes et peuvent leur poser des questions.
Les investisseurs institutionnels comme les fonds spéculatifs ou les gros fonds de pension « ont envie de sentir comment les choses se passent, de voir si le directeur financier est confiant ou nerveux, c’est humain », estime Gregori Volokhine, directeur de Meeschaert New York.
« Mais si on transmet des informations substantielles à certains et pas à d’autres, c’est du délit d’initié », ajoute-t-il, même s’il n’y a aucune preuve pour l’instant que des informations de cette nature aient été données aux gros investisseurs lors des appels de ces banques.
Sally Krawcheck, ex-directrice de Merrill Lynch-Smith Barney et figure emblématique de Wall Street, se demandait jeudi sur CNBC si ces présentations privées pendant les « road show » ne devraient pas être diffusées par internet pour que tous les investisseurs aient accès aux mêmes informations.
Autre exemple des privilèges des gros investisseurs: certains d’entre eux, triés sur le volet, ont eu la possibilité dès janvier 2011 d’acheter des parts dans la participation d’un demi-milliard de dollars que Goldman Sachs avait acquise dans Facebook.
Pour Gregori Volokhine, « tout ça ne devrait pas être normal, si on veut que les gens fassent confiance aux marchés boursiers. C’est un nouveau coup porté » à la réputation de Wall Street.

 

Marseille : le gang des disqueuses démantelé

 

Stéphane Sellami | Publié le 24.05.2012, 18h06 | Mise à jour : 18h35

 
ILLUSTRATION. Plusieurs membres du «gang des disqueuses» sont tombés au cours de ces derniers mois dans les filets de la brigade de répression des atteintes aux biens (BRAB) de la Sûreté départementale des Bouches-du-Rhône. Au point que le gang est désormais démantelé.

ILLUSTRATION. Plusieurs membres du «gang des disqueuses» sont tombés au cours de ces derniers mois dans les filets de la brigade de répression des atteintes aux biens (BRAB) de la Sûreté départementale des Bouches-du-Rhône. Au point que le gang est désormais démantelé. | LP

Ils s’étaient fait une spécialité du cambriolage à grande vitesse commis dans des commerces implantés autour de Marseille (Bouches-du-Rhône). A coups de disqueuse thermique, ces voleurs éventraient, en quelques minutes, le rideau métallique des boutiques visées avant de remplir des poubelles avec la marchandise trouvée sur place et de prendre la fuite.

 

 

Plusieurs membres du «gang des disqueuses» sont tombés au cours de ces derniers mois dans les filets de la brigade de répression des atteintes aux biens (BRAB) de la Sûreté départementale des Bouches-du-Rhône.

Deux d’entre eux ont été mis en examen, le 16 mai, avant d’être placés en détention provisoire. La justice les soupçonne d’avoir participé, avec d’autres complices, à une quinzaine de raids nocturnes au cours desquels des enseignes, spécialisées dans l’électroménager, la téléphonie, l’informatique ou la parfumerie étaient dévalisées.
 
Téléphones, consoles, réfrigérateurs retrouvés

«Cette équipe, très mobile, circulant dans des voitures de grosses cylindrées a été repérée pour la première fois au mois de juin 2011, confie une source proche de l’affaire. Les membres de ce gang, issus de la communauté des gens du voyage, étaient particulièrement actifs. Ils ont sévi pendant près de six mois avant d’être identifiés, puis interpellés».

Au cours de leurs perquisitions aux domiciles des deux derniers suspects, les policiers de la SD ont mis la main sur des réfrigérateurs, des meubles de salle de bain, des téléphones et des consoles de jeux vidéo dont l’origine reste à déterminer.

Dans la foulée, les enquêteurs ont également arrêté deux personnes soupçonnées d’avoir écoulé une large partie de la marchandise dérobée par le gang des disqueuses. Plusieurs membres de cette équipe sont également dans le collimateur des fonctionnaires de la police judiciaire de Marseille, après le meurtre d’un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) à Vitrolles, au mois de novembre 2011. La victime avait été abattue alors qu’elle intervenait sur les lieux d’un cambriolage.

 

LeParisien.fr

Paris : elle chute nue du 7è étage et se tue

 

Publié le 25.05.2012, 12h49 | Mise à jour : 12h50

 
ARCHIVES. Un homme âgé de 43 ans a tenté de s'immoler par le feu vendredi soir à Gouvernes (Seine-et-Marne) pour des raisons encore non élucidées, avant d'être secouru par les pompiers.

ARCHIVES. Un homme âgé de 43 ans a tenté de s’immoler par le feu vendredi soir à Gouvernes (Seine-et-Marne) pour des raisons encore non élucidées, avant d’être secouru par les pompiers. |ARCHIVES AFP

 
Une jeune femme est morte dans la nuit de jeudi à vendredi après avoir chuté du toit d’un immeuble dans le XIXe arrondissement de Paris où elle était montée nue avec son petit ami après avoir bu de l’alcool, a-t-on appris de sources policières.
Le petit ami de la victime a été placé en garde à vue dans les locaux du commissariat du XIXe arrondissement. 

 

Selon ses premières déclarations, les deux jeunes gens, qui avaient bu de l’alcool, sont montés sur le toit de leur immeuble haut de sept étages pour s’amuser. Mais la jeune femme a alors chuté accidentellement dans la cour intérieure.
Le service de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP) du XIXe arrondissement a été chargé de l’enquête.

 

LeParisien.fr 

Deux hommes s’évadent au cours de perquisitions

 

Stéphane Sellami | Publié le 24.05.2012, 21h16 | Mise à jour : 21h55

 
Dans le cadre de deux affaires distinctes, deux hommes sont parvenus à s’évader, les 21 et 22 mai dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, alors qu’ils assistaient à la perquisition de leurs logements.

Dans le cadre de deux affaires distinctes, deux hommes sont parvenus à s’évader, les 21 et 22 mai dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, alors qu’ils assistaient à la perquisition de leurs logements. | DR

Deux hommes sont parvenus à s’évader, en début de semaine, alors qu’ils assistaient à la perquisition de leurs logements dans le cadre de deux affaires distinctes. Les faits se sont produits les 21 et 22 mai, dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne. 

Un jeune homme de 19 ans, interpellé pour des faits de vol avec violences et escroquerie est conduit, lundi, vers 17 heures, dans son appartement, situé rue Paul-Doumer à Asnières par les policiers du commissariat de la ville.

 

Le jeune homme demande alors à aller aux toilettes avant de sauter par une fenêtre situé au rez-de-chaussée puis de s’enfuir à pied. 

Le lendemain, à l’Hay-les-Roses, un homme de 23 ans est interpellé à son domicile de la rue Jules-Guesde par les enquêteurs du 3ème district de police judiciaire (DPJ). Adapte du Free-Fight, le suspect, arrêté dans le cadre d’une enquête sur des faits de destruction par incendieet d’intrusion dans un établissement scolaire, est parvenu à fausser compagnie aux policiers. Les deux fuyards sont toujours activement recherchés.

 

 

LeParisien.fr

Etats-Unis : il enferme un bébé dans un lave-linge, il se met en marche

Publié le 24.05.2012, 16h23 | Mise à jour : 25.05.2012, 04h18

Pour s'amuser, un Américain a enfermé un bébé dans un lave-linge. En claquant la porte, il n'imaginait pas que la machine se mettrait en marche... <br />
 

Pour s’amuser, un Américain a enfermé un bébé dans un lave-linge. En claquant la porte, il n’imaginait pas que la machine se mettrait en marche…    | Capture d’écran

La (mauvaise) blague aurait pu tourner au drame. En enfermant un bébé dans un lave-linge pour s’amuser, un Américain s’est offert une belle frayeur quand la machine s’est déclenchée. L’incident, dont le bambin est sorti indemne, fait depuis les délices des internautes, la vidéo ayant été vue plusieurs centaines de milliers de fois sur Internet.

Le 11 mai, dans une laverie de Camden, dans le New Jersey, cet homme a l’étrange idée de glisser un jeune bébé dans une machine à laver, apparemment pour s’amuser, sous les yeux de la femme avec qui il était en pleine corvée de linge. Certains médias américains évoquent les parents de l’enfant, d’autres sa babysitter et son petit ami.

Mais le jeu a mal tourné quand la porte de la machine s’est bloquée et que le cycle s’est déclenché, avec le bambin à l’intérieur. La panique a aussitôt gagné les deux adultes, qui se sont jetés sur la porte mais n’ont pu l’ouvrir. C’est finalement un employé qui a sauvé l’enfant en débranchant la machine, après plus d’une minute d’hystérie.

Un acte peut-être idiot mais pas condamnable

Que risque l’imprudent ? «Ce n’était pas un choix intelligent de mettre le bébé dans le lave-linge, mais ce n’était pas un crime», a dit un porte-parole du bureau du procureur, Jason Laughlin, cité par plusieurs médias. «Nous ne pensons pas qu’il y ait eu intention criminelle. C’était plutôt un accident», a-t-il ajouté, précisant que les adultes ne devraient pas être poursuivis.

Le petit garçon, âgé d’un an, est sorti à peu près indemne de cette aventure loufoque, atteint «de blessures mineures», selon Jason Laughlin. «Je pense à mettre un panneau (pour interdire ce genre de comportement). C’est ridicule mais ça me protègerait», a confié la propriétaire de la laverie Laurie Chhour à une chaîne de télévision locale.

En France, en Seine-et-Marne, Bastien, un enfant de 3 ans, est mort en novembre dernier après avoir été placé dans un lave-linge mis en marche pour le punir d’une innocente bêtise.


LeParisien.fr 

Rouen : il tue sa femme à coups de couteau avant d’être interné

 

Publié le 24.05.2012, 16h12 | Mise à jour : 16h25

Un homme de 51 ans, soupçonné d'avoir tué mercredi de plusieurs coups de couteau sa compagne à Rouen, a fait l'objet d'un placement d'office en hôpital psychiatrique.

Un homme de 51 ans, soupçonné d’avoir tué mercredi de plusieurs coups de couteau sa compagne à Rouen, a fait l’objet d’un placement d’office en hôpital psychiatrique. | IdéUn homme de 51 ans soupçonné d’avoir tué mercredi de plusieurs coups de couteau sa compagne âgée de 43 ans, lors d’une dispute à Rouen, a fait l’objet d’un placement d’office en hôpital psychiatrique. 

Le drame s’est produit vers 7 heures mercredi, dans l’appartement du couple, à la suite d’une dispute, selon les premiers éléments de l’enquête

 

Touchée de plusieurs coups de couteau dont un au thorax, la victime a succombé peu après son transfert au CHU de Rouen.

La fille du couple, âgée de 18 ans, qui a assisté à la scène, a indiqué aux policiers de la brigade criminelle de Rouen que son père avait frappé sa mère. Entre-temps, l’homme avait disparu et s’était rendu à l’hôpital psychiatrique du Rouvray, dans la banlieue de Rouen.

Examiné par un médecin qui a estimé que son état était incompatible avec un interrogatoire et une garde à vue, il a fait l’objet mercredi soir d’un placement d’office dans cet établissement. 

 

LeParisien.fr 

Manuel Valls : le changement dans la police, c’est pour quand ?

Créé le 25-05-2012 à 11h56 – Mis à jour à 13h14  

 

Par 

 

Le ministre de l’Intérieur reçoit ce vendredi les syndicats de policiers. Connu pour ses positions sécuritaires, il devra d’abord mettre fin à la « crise morale » qui ébranle ses troupes.

 

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, à Marseille, le 21 mai. (BORIS HORVAT / AFP)
Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, à Marseille, le 21 mai. (BORIS HORVAT / AFP)
 

A quelques semaines de ses 50 ans, Manuel Valls, l’ancien immigré catalan, savoure le succès d’une stratégie habile dans la conquête de l’Intérieur. « Lui n’a jamais réuni en catimini des hauts gradés de la police pour répartir les futurs postes [sous entendu : à la différence de François Rebsamen, prétendant déçu au poste de premier flic de France, NDLR], assure un proche du nouveau pouvoir. Il s’est plus efficacement appliqué à rendre sa nomination inévitable aux yeux de Hollande. »

A la droite du PS

Premier temps : des prises de position sécuritaires à la droite du Parti socialiste, contre la dépénalisation du cannabis, pour l’interdiction de la burqa et la création de places de prison supplémentaires, etc. Il y a un an, il théorise le tout dans un livre-programme « Sécurité. La gauche peut tout changer » (Editions du Moment). Le second temps est purement politique : après la primaire du PS, Valls se met entièrement au service du candidat Hollande, se rendant indispensable dans la campagne. Sans oublier de soigner ses relations personnelles avec Valérie Trierweiler, l’influente compagne du futur président de la République, dont le bureau au QG du candidat jouxte le sien.

Et voilà le quinquagénaire aux cravates pastel, dès le premier jour de sa prise de fonctions, qui fait la tournée des popotes, avec une halte au commissariat de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), d’où est partie la dernière fronde policière après la mise en examen pour homicide volontaire d’un des siens. « Du très classique pour l’instant », juge, un brin déçu, un connaisseur du ministère de l’Intérieur, relégué à la septième place – contre la cinquième précédemment – dans l’ordre protocolaire du gouvernement.

Son meilleur ami ? Le conseiller sécurité de Sarkozy

Le même s’étonne également du profil peu novateur des premières nominations de son équipe, comme celle du directeur de cabinet adjoint, Renaud Vedel, un hiérarque de la Préfecture de police, ou du policier Jacques Méric, un ancien du cabinet de Daniel Vaillant. Manque d’imagination ? « Avec son expérience d’élu à Argenteuil [Val-d’Oise] puis à Evry [Essonne], Manuel possède une plus grande connaissance des flics de terrain dans les quartiers difficiles que des huiles du ministère », reconnaît un de ses proches.

Mais attention, Valls est bien conseillé. Son mentor ne serait-il pas le criminologue Alain Bauer ? Conseiller très écouté de Nicolas Sarkozy mais ami d’enfance de Manuel Valls, son compagnon de route au syndicat étudiant l’Unef, puis dans la mouvance rocardienne, l’ancien grand maître du Grand Orient tente de se faire discret. Mais il lui reste dévoué. Dès le lendemain de la victoire socialiste, ce théoricien de la sécurité publique a présenté sa démission des fonctions qu’il occupait à la tête de plusieurs organismes officiels créés sous Sarkozy. « Par dignité républicaine », assure-t-il. « Pour ne pas gêner la nomination de son ami Valls », analysent les connaisseurs.

1.000 policiers supplémentaires par an, police « des quartiers »…

L’homme qui a « réinventé » les statistiques de la délinquance sous Sarkozy ou mis le pouvoir sur la piste de l’ultragauche est loin d’être hors-jeu : il a déjà pris rendez-vous avec François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Pour confirmer ses démissions ou offrir ses services ? « Le thème de la sécurité n’a pratiquement pas été abordé dans la campagne, observe-t-il. Or les chantiers ne manquent pas. » Le programme du président Hollande tient, il est vrai, presque en une seule ligne : 1.000 policiers supplémentaires par an. Un peu court.

« C’est bien la preuve que « Rebs » n’avait pas travaillé, grince une éminence socialiste. Mais c’est une chance pour Valls qui a toute latitude pour inventer le champ des possibles. » Exemple avec la nouvelle police de proximité, rebaptisée dans le programme de Hollande « police des quartiers », mais jamais définie précisément pendant la campagne. Un retour aux flics fraternisant avec les voyous, comme l’avait caricaturé Nicolas Sarkozy ? Pas sûr du tout… « La police communautaire, cela ne marche pas, martèle Bauer au « Nouvel Observateur ». Ce qu’il faut, c’est cartographier le crime et agir en conséquence dans les zones les plus criminogènes. » Coïncidence : c’est l’une des priorités de Valls…

« Une crise morale sans précédent »

Le ministre partage également des pistes de réforme mises en avant par son ami Bauer et nombre de responsables du ministère. Comme la relance, sous une forme non définie, des Renseignements généraux, éradiqués il y a quatre ans, lors de la création de la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI). « Le renseignement de proximité, indispensable à la politique antiterroriste, est dramatiquement sinistré « , note un visiteur du soir de Beauvau.

Au-delà des réformes symboliques, le ministre va surtout devoir s’appliquer à rassurer ses troupes, ébranlées par « une crise morale sans précédent », selon Unité Police, le syndicat majoritaire, et une rigueur budgétaire sévère. Pas simple. « Les policiers ne se sont pas encore remis d’avoir été lâchés par Sarkozy qui avait débloqué les budgets quand il était à l’Intérieur avant de les mettre au pain sec et à l’eau dès son accession à l’Elysée, reconnaît un haut gradé, bien placé pour décrocher un poste. Mais je crains qu’il n’y ait pas beaucoup de grain à moudre. »

A défaut d’améliorer l’ordinaire, Manuel Valls essaiera surtout de calmer les esprits. Mettre fin à la guerre police-justice, par exemple. « Sarkozy les a montées l’une contre l’autre pour essayer de masquer ses propres échecs sécuritaires, estime Jean- Jacques Urvoas, le Monsieur Sécurité du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. L’honneur de la gauche serait de les réconcilier. »

 

 

Une serveuse lui lance une crème glacée au visage, il attaque KFC

  R.B | Publié le 24.05.2012, 15h54 | Mise à jour : 16h55

 
La chaîne de restauration rapide Kentucky Fried Chicken (KFC) assignée en justice par un client qui a été frappé avec une crème glacée par une serveuse à Poitiers

La chaîne de restauration rapide Kentucky Fried Chicken (KFC) assignée en justice par un client qui a été frappé avec une crème glacée par une serveuse à Poitiers | Eric Piermont

 
KFC, la célèbre enseigne de restauration rapide, spécialiste du poulet grillé, vient d’être assignée en justice par un client mécontent servi dans le restaurant de Poitiers (Vienne). L’histoire remonte à décembre 2011. Agé de 28 ans, le client, un trader travaillant à Londres était de de passage dans la région avec sa compagne. 

 

Ils décident de faire une halte sur la route de leurs vacances, dans ce restaurant.
 
Et ce qui aurait pu être juste un moment de détente tourne au vinaigre quand l’homme fait savoir à la serveuse que sa commande n’était pas la bonne. Ce qui n’est pas de l’avis de l’employée, excédée. Elle affirme que la commande est la bonne. Le client demande alors à voir le responsable et l’altercation s’envenime. D’après RTL qui révèle l’information jeudi matin, la serveuse aurait jeté un verre de glaçons au visage du client. Le plaignant, qui a déjà fait constater ses blessures, réclame 10 000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral et matériel. Il présentait une blessure légère au visage, et «son costume, qu’il prétendait avoir acheté pour son prochain mariage, est désormais impossible à porter», selon la radio.

La serveuse lui a lancé une crème glacée au visage

Interrogée par le Parisien.fr, jeudi, la direction de KFC confirme l’altercation entre la serveuse et le client. Mais elle affirme que ce n’était pas un verre de glaçons (qui aurait pu être dangereux) mais une crème glacée contenue dans une petite boîte en plastique. «Le client a été pris en charge par nos services qui lui ont présentés des excuses», indique la direction de KFC en soulignant qu’il s’agit «d’un acte regrettable et isolé». Et de préciser que l’employée «a été sanctionnée et licenciée trois semaines plus tard».

L’affaire aurait pu en rester là. Mais le client malmené à coups de dessert glacé, décide de déposer le 21 mai une plainte au tribunal. La direction de KFC prend acte. «Notre service client a essayé de régler, dès décembre, cette affaire à l’amiable. Le 21 mai, ce client a fait savoir qu’il souhaitait obtenir un dédommagement en assignant KFC en justice. KFC se préoccupe activement de ce dossier car l’enseigne et ses 7 000 collaborateurs en France ne tolèrent en aucune manière cette action isolée», ajoute la direction de la chaîne de fast-food en précisant que, maintenant, c’est à la justice de «faire son travail». L’audience de référé se tiendra le 20 juin devant le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine).

 

LeParisien.fr